La salle de conférence du ministère des Mines, de l’Energie et de l’Eau a abrité la cérémonie d’ouverture des travaux du comité national de pilotage du Projet de stabilisation de la région du Liptako-Gourma, Fenêtre du Mali. C’était sous la présidence du ministre de tutelle, M. Lamine Seydou Traoré en présence de son homologue de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Colonel Abdoulaye Maïga ; le Représentant Résident du Programme des Nations Unies pour le Développement ; l’Ambassadeur de l’Union Européenne et l’Ambassadeur de la République Fédérale d’Allemagne au Mali ; ainsi que des gouverneurs des régions de Mopti, Tombouctou, Gao, Ménaka et Kidal.

Cette première réunion du comité de pilotage Facilité Liptako-Gourma a pour principal objectif d’échanger sur les thématiques permettant la mise en place des mécanismes de stabilisation de ladite région. Confrontée à de nombreuses difficultés, le Liptako Gourma est considérée comme étant l’épicentre de la crise sécuritaire au Sahel, un comité de coordination stratégique régionale et un comité régional de pilotage pour sa stabilisation a été mis en place.

La dite région appelée depuis peu par d’autres partenaires techniques et financiers : «zone des trois frontières» est située sur les frontières communes au Burkina Faso, au Mali et au Niger. Elle couvre une superficie de 370 000 km2, et comprend du côté du Burkina 8 régions, celui du Niger 3 régions et du Côté du Mali 6 régions qui sont : Mopti, Tombouctou, Gao, Kidal, Ménaka et Taoudénit.

Cette présente rencontre qui réunit les membres des deux comités a pour but d’échanger sur des questions permettant sa bonne mise en œuvre.

Selon le ministre des Mines, de l’Energie et de l’Eau Lamine Seydou Traoré au cours de cet atelier nous aurions à nous pencher sur les points suivants : présentation de la facilité de la stabilisation du Liptako Gourma ; détermination des zones identifiées par les zones prioritaires identifiées ; élaboration d’un plan d’action pour les étapes suivantes.

Ainsi, il a souhaité de tout cœur que les résultats de cette première rencontre du Comité National de Pilotage se traduisent par des actions concrètes et rapides au profit de nos populations. Et a exhorté à l’ALG à multiplier les initiatives du genre pour accompagner les Etats membres dans leurs efforts pour éradiquer la pauvreté et ramener la paix et la cohésion sociale dans la région des 3 frontières.

En effet, il a rappelé que le conseil des ministres statutaire de l’ Autorité du Liptako-Gourma (ALG) lors de la tenue de sa 57ème session ordinaire, le 21 mai 2021 à Ouagadougou, a réitéré son soutien à l’initiative conjointe PNUD/ALG , et a salué la mise à échelle du projet de stabilisation de la Région du Liptako-Gourma avec le PNUD sur les conditions et modalités de mise en œuvre du projet et de lui rendre compte à l’occasion de sa prochaine session ordinaire.

À en croire le ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation, Colonel Abdoulaye Maïga : «aujourd’hui, la zone dont nous parlons constitue une zone d’insécurité transfrontalière, qui concerne à la fois : le Burkina Faso, le Niger et le Mali. Il faut donc une volonté politique très forte, une mutualisation des ressources pour prendre en compte cette insécurité, qui ensuite permettra au ministère des Mines de continuer son ambition que lui aura été confiée par les plus hautes autorités.

Il faut noter que cette première réunion du comité de pilotage, soutenu par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), l’Union Européenne et la République Fédérale d’Allemagne, avec un budget provisionnel du projet estimé à 300 millions de dollars doit clairement définir l’architecture du projet de stabilisation du Liptako-Gourma et aller à son opérationnalisation.

Kadi DIALLO

ÉchosMédias

Laisser un commentaire