Leader actuel dans l’électrification rurale au Mali 31 concessions avec AMADER (Agence Malienne pour le Développement de l’Energie Domestique et l’Electrification Rurale.

Lors d’un entretien avec certains employés de l’ACCESS SA, Mardi le 25 février dernier à la Maison de la Presse de Bamako

Des arrières de salaire au cœur d’une vive tension À ACCESS.SA (Le dossier en cours à l’inspection du travail) . Dans notre situation, si certains réclament deux mois d’arriérés de salaires, d’autres réclament trois ou plus, chacun a été recruté sur des bases différentes. Il y’a beaucoup d’entre nous qu’ils ont donné un contrat d’essai qui n’a jamis été matérialisé sur papier. C’était verbal. Depuis, cela fait des années que nous travaillons dans cette entreprise sans contrat de travail. Même en termes de salaire, il n’y a pas de bulletin de salaire. Beaucoup d’entre nous sont payés par Orange-Money. Ces derniers temps, on n’arrive plus à nous payer. D’où des arrièrés de salaire. Notre groupe dans cette situation compte vingt-sept (27) membres dans 15 localité différentes. Cela est inacceptable », precise un jeune visiblement très remonté contre la situation qui prévaut ces derniers temps au sein de l’entreprise ACCESS.SA. Le jeune explique, que seulement trois d’entre eux qui ont des contrats: un Contrat à Durée Indéterminée (CDI) et deux (02) Contrats à Durée Déterminée (CDD). «Dès lors qu’on te recrute et qu’on t’envoie sur le terrain, c’est fini», nous ne bénéficions d’aucun droit de travail : pas d’INPS, pas d’Assurance Maladie Obligatoire (AMO), pas de congé, entre autres. Ils réclament l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail. Nous avons fait toutes les démarches afin de rencontrer le PDG de l’entreprise Dr Ibrahim Togola pour parler des différentes préoccupations mais nos démarches sont restées vaines. C’est ce qui a prevalu la convocation de l’Inspection du Travail. Nous nous sommes retrouvés à l’Inspection du Travail avec Dr Ibrahim Togola pour un premier round. Les montants des arriérés de salaire s’élèvent à 5.624.000 FCFA.

Pourtant, ils continuent toujours avec le même salaire que le contrat d’essais ,dans chaque centrale il y’a deux personnes et au-lieu de dialoguer avec ses employés le PDG cherche des Huissiers pour les remplacé pour cause d’abandon de travail.

Le salaire s’élève à 45.000 FCFA à 125.000 FCFA selon les employés ,dans tous les cas y’a d’autres qui perçoivent plus leur salaire ,et ils demandent au PDG et ses collaborateurs de les mettre dans leur droit qui est fondemental ,car de travailler 24/24 sans aucun revenu et d’autres qui n’ont jamais eu de salaire c’est pas facile du tout en plus pour les chefs de foyer ou famille.

Toujours ,elle est en panne pour manque de carburant ,et les clients de la zone nous indexe à tout moment comme si l’entreprise nous appartient ,sans compter tous ces risques et dangers nous travaillions mais ,hélas rien n’a changé , nous voulons dialoguer avec ses derniers enfin que nous regagnons leur droit à déclaré le jeune employé de L’ACCESS SA
BOCAR NAPO
EchosMedias

Laisser un commentaire