La force Barkhane a mené cette semaine plusieurs opérations qui ont permis de mettre hors de combat un grand nombre de membres de groupes armés terroristes, de saisir d’importantes quantités de matériel, mais aussi d’affirmer la présence de la force Barkhane dans la zone des trois frontières et de rassurer les populations.

La force Barkhane continue ainsi à opérer de manière permanente en zone des trois frontières pour déstructurer les réseaux des terroristes et réduire leurs capacités logistiques, préalables indispensables à la
stabilisation de la zone.

Opérations dans la région de Mopti Entre le 9 et le 17 février, Barkhane a mené plusieurs opérations dans le Centre du Mali autour de la ville de
Mopti. Ces actions ont concrétisé un travail de préparation et de renseignement permettant de caractériser avec certitude l’activité des GAT.

Elles ont permis de neutraliser une cinquantaine de leurs membres, de détruire une trentaine de motos et deux pickups, et enfin de saisir de l’armement, des téléphones et du matériel électronique.

Ces opérations ont été menées en deux phases. La première s’est déroulée entre le 9 et le 10 février, au nord-ouest de Mopti. Des frappes aériennes de drone et de Mirage 2000, couplées à l’engagement d’hélicoptères de combat ont permis de neutraliser une vingtaine de combattants armés. Parmi eux se trouvait un cadre de l’EIGS.

La deuxième action a été menée entre le 16 et le 17 février, au Sud de Mopti, dans une région où sévit la Katiba Macina. Cette fois-ci, les frappes aériennes et tirs d’hélicoptères de combat ont été accompagnées
d’un assaut héliporté.

Une trentaine de combattants djihadistes ont été mis hors de combat.
Ces deux opérations, au bilan matériel et humain très lourd, fragilisent le potentiel offensif des GAT dans cette région.Parallèlement à ces actions, la force Barkhane a mené une opération du 9 au 15 février dans le Liptako malien.

Au cours de celle-ci, un terroriste a été mis hors de combat et plusieurs ressources ont été saisies.

L’opération s’est déroulée dans une zone reculée du Liptako où les GAT optent régulièrement pour une stratégie de dissimulation au sein de la population, qu’ils maintiennent sous pression par la menace, tout en s’appuyant sur des plots logistiques dans lesquels ils peuvent cacher armes et équipements.

Le second jour de l’opération, au cours d’un contrôle de zone à proximité d’un village de la région, la force Barkhane a surpris des terroristes, neutralisant l’un d’entre eux et détruisant sa moto. Poursuivant cette
action, une vaste opération de ratissage a été lancée dans les environs. Plusieurs ressources ont ainsi été découvertes, révélant la présence d’un point d’approvisionnement GAT comprenant notamment de nombreuses munitions et des motos.

Cette opération s’inscrit pleinement dans la dynamique actuelle des opérations de Barkhane, qui reposent sur la diminution du potentiel des GAT, les matériels détruits et les armements saisis perturbant significativement leur chaîne d’approvisionnement logistique.

EchosMédias

Laisser un commentaire