Si vous vous rappelez, je faisais partie de ceux qui étaient pessimistes quand Assami GOITA et ses hommes prenaient le pouvoir au Mali. Et j’avais donné mes raisons. Je ne crois pas trop au pouvoir des militaires, car dans l’ordre des choses, les militaires sont formés pour faire la guerre et non pas pour diriger la Nation.

Oui, c’est une conception trop classique qui manque souvent de réalisme. Mais, il ressort aussi que dans de nombreux pays africains, les régimes militaires ont semé le désordre. J’étais pourtant convaincu d’une chose: la démocratie a échoué en Afrique.

Et il n’y a aucun espoir avec les régimes dits démocratiques parce que les régimes dits démocratiques ne sont pas installés par les Africains. Ils sont installés par des puissances extérieures. Et dans son œuvre Le Prince, Machiavel dit que tout prince qui compte plus sur l’extérieur pour maintenir son pouvoir verra une succession de crises internes dans son État.

Et toutes les démocraties africaines sont confrontées à cette réalité.Aujourd’hui, le pouvoir de Assami GOITA gagne toute mon admiration. Le Mali a décidé de mourir ou de vivre. Et si le Mali vit, il libérera toute l’Afrique de l’Ouest, s’il meurt, il mourra dans la dignité et l’honneur.

Les autorités maliennes ne doivent aucunement reculer, car c’est toute la jeunesse africaine qui compte sur le Mali pour déclencher sa libération.Hier, l’ambassadeur français a été convoqué par Monsieur DIOP, le ministre malien des affaires étrangères.

Et il est allé pour répondre des propos injurieux de son président. Oeil pour oeil, dent pour dent. Le Mali a décidé ainsi.. Il ressort que le ministre DIOP, drapé dans sa dignité et son honneur n’a pas baissé le regard devant ce Blanc de la France. Il lui a dit la vérité.

C’est la première partie. Pour l’une des rares fois en Afrique francophone, un ambassadeur français rejoint un ministère en Afrique en courant, la sueur perlée sur son corps..

C’est bien une mise en garde. Si Emmanuel MAGRON continue, son ambassadeur sera expulsé du Mali les jours à venir.Vaincre ou périr. Il n’y a pas deux choix. Tous ceux qui sont nés en Afrique, qui ont le vrai sang africain dans leurs veines, doivent soutenir le Mali. Les autorités maliennes affrontent le taureau par les cornes. Elles ont entamé une mission salvatrice.

Encourageons-les, même si nous n’avons rien pour leur donner. Unissons nos voix et nos prières pour soutenir Soguel MAIGA et son président. C’est notre avenir qui se joue aujourd’hui à Bamako.

Si le Mali échoue, nous devons nous attendre au pire des malheurs.

Laisser un commentaire