C’est parti depuis samedi dernier pour les concertations nationales. La première étape a été consacrée aux discussions autour des termes de référence…

Et pour la circonstance, s’étaient donné rendez-vous, au Centre international de conférence de Bamako (CICB), le 5 septembre, les Maliens de tous bords : société civile, partis politiques, militaires et… le M5-RFP.

Ce regroupement s’est particulièrement fait remarquer à travers ses «jeunes» délégués. Tout le monde a pu se rendre compte du désordre qui a caractérisé le démarrage des travaux et des actes posés par, surtout, certains jeunes du M5-RFP, qui n’ont pas hésité à toiser et provoquer des militaires qu’ils ont traités de tous les noms.

Sur place, cherchant à calmer d’abord les ardeurs, personne n’avait compris, sur le coup, que tout cela était préparé de longue date. En réalité, «les vétérans» du M5 avaient fait exprès de rester à la maison et charger les jeunes à venir jouer aux gros bras et aux trouble-fête, et même se faire remarquer. Ils étaient chargés de mettre la pression sur les militaires et sur tous les autres participants.

Tout ce qu’ils ont, fondamentalement, réussi à faire, c’est projeter une autre très mauvaise image du Mali et des Maliens car, tout cela était, malheureusement, diffusé, en direct, sur les réseaux sociaux à travers le monde.

Tout ce que les jeunes du M5 ont fait ce jour, c’est prouver à la face du monde que ce qui fait essentiellement courir les uns et les autres dans leur camp, c’est la quête du pouvoir. Ils ont, surtout, rendu les militaires un peu plus méfiants, surtout, vis-à-vis du M5-RFP.  

Moussa Touré

Source : Nouvelle Libération

Laisser un commentaire