« Renforcer les capacités des leaders religieux sur les violences faites aux femmes et filles afin qu’ils apportent leurs concours dans la lutte contre les violences basées sur le genre », était l’objectif de la formation des leaders religieux sur les violences basées sur le genre.
Après les leaders religieux la semaine dernière, une session de formation d’une vingtaine des leaders religieux du district de Bamako sur les violences basées sur le genre s’est déroulée le 20 octobre 2020 à la Maison de la femme de Sabalibougou. Elle était initiée par Association femmes leadership et développement (Afled) et financée par Wildaf-Mali à l’intention des leaders religieux. Elle rentre dans le cadre du projet « Ça suffit! ».
Des leaders religieux ont été édifié sur les notions des violences basées sur le genre. Ils connaissent les instruments juridiques favorisant la protection des femmes et filles, leurs rôles et responsabilités dans la lutte contre les VBG. La cérémonie d’ouverture était présidée par le coordonnateur du projet Afled, Idrissa Niankilé, en présence du formateur Mamadou Malick Sow, de Lala Sall et Mme Touré Rachida Ousmane, chargée du projet. Les organisateurs ont regretté qu’au Mali les VBG sont alarmantes. Selon l’EDSM-VI 2018, la moitié des femmes (49%) de 15 à 45 ans en union ou en rupture d’union ont subi à n’importe quel moment de leur vie des actes de violence émotionnelle, psychologique, physique et sexuelle. De janvier à mars 2020, 715 cas de VBG ont été rapportés par les acteurs GBVIMS au Mali. Et d’ajouter que le mois de mars 2020, 304 cas de VBG ont été rapportés avec une forte proportion de violences sexuelles (25%) dont 15% de viol et 10% d’agressions sexuelles. Au cours de la journée, le formateur Mamadou Malick Sow a expliqué les VBG (types, formes, cause, conséquences…). Il a aussi expliqué les instruments juridiques relatifs aux VBG et les mécanismes de prise en charge des survivantes. M. Sow a évoqué les rôles et responsabilités des leaders religieux dans la lutte contre les VBG. Pour le formateur, il existe plusieurs types de VBG. Il s’agit psychologiques, physiques, déni de reconnaissance, sexuelle…
Afled a été créé en 2010 pour promouvoir des droits humains particulièrement les droits de la femme et de la jeune fille.
Lassana Filany

EchosMedias

Laisser un commentaire