Des milliers de manifestants ont pris d’assaut le monument de l’Indépendance très tôt ce vendredi 10 à l’appel du mouvement de contestation du 5-Juin 2020. Occasion pour les organisateurs de dévoiler leur chronogramme à mettre en œuvre pour cette désobéissance civile.

Dans une résolution du M5-RFP lue par Mohamed Salia Touré, la contestation dit ne plus reconnaitre Ibrahim Boubacar Kéita comme président de la République du Mali. Sy Kadiatou Sow, figure de proue de mars 91, a quant à elle dévoilé les 10 commandements concoctés par le M5-RFP pour paralyser le pays.
Les leaders politiques et mouvements face à des manifestants en colère contre un régime aux abois pour mal gouvernance et gabegie disent ne plus reconnaitre IBK, ses institutions et son gouvernement à partir de ce vendredi. Pour cette troisième sortie l’imam Dicko n’était pas au rendez-vous car selon les informations les leaders et les jeunes ont demandé au président d’honneur de la Cmas de rester à la maison et de leur laisser faire l’assaut final.
Sy Kadiatou Sow a dévoilé les 10 recommandations aux manifestants. Il sagit de bloquer toutes les entrées des services publics, des ponts, ronds-points, lancer sur les voies publiques la marche de l’escargot, simuler des pannes de véhicules sur les voies, bloquer des intersections, refuser de payer les amendes et contraventions et mettre en place des groupes mobiles de communication.
La mobilisation de ce vendredi 10 juillet na pas duré en longueur et na été marquée que par deux interventions à savoir celle prononcée par Kadiatou Sow et celle d’Issa Kaou N-Djim appelant les manifestants à investir certains lieux stratégiques dont l’ORTM, la Primature et l’Assemblée nationale.
Les manifestations ont répondu à l’appel et ont exécuté à la lettre l’appel des leaders en investissant les lieux cités et en occupant les issues. Les manifestations n’avaient nullement l’esprit de casse et les organisateurs les avaient invités à être pacifiques et à ne pas répondre à la provocation.
Ils ont investi certains services sans dommage. Mais l’Assemblée nationale, une institution, au centre de la polémique a été investie et saccagée. Il faut aussi savoir que parmi les manifestants il y avait des personnes malintentionnées. Et ce qui devrait arriver, arriva avec l’envahissement des différentes artères.
La dernière sortie du père de la nation au lieu d’apaiser à enflammer la tension. La désobéissance civile amorcée doit être freinée. Il faut privilégier le dialogue. Il est encore possible de se retrouver autour de la table pour une solution.
Le président de la République doit se mettre au-dessus de la mêlée et sortir de l’engrenage dans lequel il se trouve.
Le M5-RFP dans un communiqué diffusé vendredi a tenu le pouvoir pour responsable des violences et a exhorté les forces de lordre à protéger « les manifestants aux mains nues qui ne défendent que les valeurs démocratiques, laïques et républicaines ».
Pour sa part, le président de la République a regretté les scènes de violence et des saccages et les occupations des services publics. Il a exprimé sa volonté de poursuivre le dialogue et éitéré sa disposition à prendre toutes les mesures qui sont en son pouvoir en vue d’apaiser la situation.
Bara de Dara

Laisser un commentaire