L’homme d’une soixantaine d’années dirige un conglomérat fort d’une trentaine d’entreprises. La créativité trouve son alter ego en cet homme de vision pourtant humble. Qui plus est humain et généreux !

…de l’homme !

Il est décrit comme un «serial entrepreneur». M. Diadié dit Amadou Sankaré est un membre éminent du patronat malien dont il est l’un des vice-présidents.

Selon ses services de communication, il dirige aujourd’hui une trentaine d’entreprises opérant dans plusieurs pays de la région ouest-africaine (Sénégal, Guinée, Côte d’Ivoire, Burkina Faso, Niger, etc.) dans des secteurs tels que l’Outsourcing, notamment dans la gestion des Ressources humaines, l’intermédiation financière, l’inclusion sociale, les mines, l’agro-industrie, le commerce international, la technologie, la sécurité, entre autres.

Diplômé de la Faculté des Sciences Economiques de l’Université de Dakar, il a servi pendant dix (10) ans au sein de l’administration malienne à différents postes dont celui de Président Directeur Général de l’Office des Relais Touristiques du Mali avant de se lancer dans les affaires.

C’est en 1993 que Diadié s’installe à son compte et crée la SAER (Société Africaine d’Etudes et de Réalisations), qui est le prélude à son aventure entrepreneuriale. En 2003, il prépare et obtient une Maîtrise en Administration des Affaires (MBA) de l’Université UQAM au Canada.

Pour réaliser son ambition de se positionner comme «un opérateur de référence à l’échelle africaine, innovant, performant et social», il peut compter sur sa riche expérience nationale et internationale, notamment en tant que représentant de plusieurs sociétés internationales telles que SNC Lavalin, Razel, le Groupe Bouygues, Hydro-GEO Canada, etc. 

Lancement de candidature

Au lancement de sa candidature à l’élection du président du Conseil national du patronat du Mali, au cours d’un déjeuner de presse, Diadié dit Amadou Sankaré était entouré de proches collaborateurs et d’amis. Au nombre desquels, on peut citer le président de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Mali, les anciens ministres Maharafa Traoré et Konimba Traoré, le PDG de Stone, Ibrahim Diawara.

Unanimement, les témoignages sur Diadié Amadou Sankaré retiennent de lui un bourreau de travail, une personne créative et humble, un homme très sociable. Un homme de valeur. Or, dit-on, «La valeur d’un homme ne se mesure pas à son argent, son statut ou ses possessions. La valeur d’un homme réside dans sa personnalité, sa sagesse, sa créativité, son courage, son indépendance et sa maturité. Si tu rencontres un homme de valeur, cherche à lui ressembler.»

Amadou dit Diadié Sankaré l’est assurément, au regard des témoignages faits samedi 12 septembre dans un hôtel de la place. Des anciens ministres comme Maharafa Traoré et Konimba Traoré, en passant par des personnalités du monde de la culture et d’amis, tous ont loué les qualités de celui qui candidate à la présidence du Conseil national du patronat du Mali. À celui-ci, de l’avis des intervenants, M. Sankaré saura donner un nouveau souffle et une dynamique nouvelle.

Selon Konimba Traoré, qui souhaite par ailleurs «un renouvellement nécessaire du leadership au Mali», Diadié Sankaré a le leadership et la crédibilité nécessaires, en plus d’une bonne connaissance des enjeux du secteur privé malien, pour conduire le Conseil national du patronat du Mali vers des lendemains enchanteurs.

Les raisons d’une candidature

«Ma candidature est un acte de foi, je l’avoue !» dit d’entrée de jeuDiadié dit Amadou Sankaré. «Une foi inébranlable dans l’avenir du Mali et dans l’accomplissement de son destin en tant que nation unie et plurielle», s’épanche-t-il.

Et «dans le secteur privé… et dans l’avenir de notre groupement, le CNPM, dont l’apport est incommensurable dans le regroupement de nos forces, de nos intelligences et de nos moyens pour développer l’agriculture, le commerce, l’élevage et la promotion de l’entreprise.»

Se référant aux potentialités dans les domaines cités plus haut, Diadié dit Amadou Sankaré estime qu’elles sont la promesse d’un avenir radieux au-delà des vicissitudes actuelles qui ne sont qu’une parenthèse de l’histoire millénaire de notre peuple.

Et d’ajouter : «les hommes d’affaires et entrepreneurs maliens qui, tous les jours, investissent et prennent des risques, sont l’expression même de cette croyance en notre nation…Ils rêvent de sa grandeur et c’est pour cela qu’ils créent, jour après jour, semaine après semaine, de la richesse et des emplois».

Selon M. Sankaré, à propos du CNPM, «nous devons revoir nos paradigmes de pensée, avec volontarisme et pragmatisme, mais aussi avec volonté». «Plus qu’une vision, ceci est ma conviction et je tiens à la partager avec vous, afin que le CNPM, notre entreprise commune, puisse continuer à voler vers les horizons de réussite et de progrès.

Les cinq grands engagements de Diadié

Comme les cinq doigts d’une main, Diadié dit Amadou Sankaré construit sa vision autour de ce qu’il appelle «mes 5 cinq grands engagements» : rassembler, renforcer, moderniser, intégrer, partager.

Il s’agit, dans l’unité d’action, d’offrir aux acteurs du secteur privé malien, des opportunités de renforcement de leurs capacités techniques, de management de gouvernance, en vue d’améliorer leur compétitivité aux plans national et international ; de promouvoir, encourager et offrir des opportunités de développement de l’innovation, des meilleures pratiques.

Sans oublier d’apporter la contribution forte du secteur privé malien à la consolidation de l’intégration économique sous-régionale et africaine ; de développer la coopération dans un esprit de solidarité et surtout de création de synergies entre acteurs du secteur privé malien dans toute leur diversité.

Oui, Diadié dit Amadou Sankaré a fait cette promesse, samedi 12 septembre 2020, lors d’un déjeuner de presse, dans un hôtel de la place (auréolé de plusieurs étoiles). Un bon début, et un bon présage ? Peut-être.

Dioukha Sakiliba

Source : Nouvelle Libération

Laisser un commentaire