À l’issue de l’audience du mardi dernier à la Cour d’appel de Bamako, concernant la libération provisoire du Général Amadou Haya Sanogo et ses co-accusés, dans l’affaire dite des 21 bérets rouges disparus, la Chambre d’accusation avait remis le délibéré au mardi 28 janvier 2020. Rien, selon les avocats, ne s’oppose à sa liberté, étant entendu que la partie civile, le parquet et la défense parlent le même langage s’agissant de cette affaire.

Le général Amadou Haya et ses co-détenus viennent d’obtenir la liberté provisoire. Ils étaient accusés d’avoir ordonné l’assassinat des 21 Bérets rouges en 2013. Amadou Haya Sanogo était assigné à Sélingué à résidence (région de Sikasso), où son procès a été délocalisé en novembre 2016.

Il avait plusieurs fois introduit la demande de liberté provisoire, mais toutes ses demandes ont été rejetées. Le délibéré portant sur sa libération est annoncé pour aujourd’hui mardi dans les conditions normales. Une liberté qui ouvrira la voie à l’indemnisation des ayants-droit des victimes.

Selon les informations les plus hautes autorités du pays et la hiérarchie militaire sont d’accord pour que toutes les parties soient satisfaites et principalement les ayants droit des victimes. C’est donc une réconciliation nationale qui est en marche pour le bonheur du Mali. Tout sera mis en œuvre pour que les ayants droits sortent avec un pactole important et un logement décent.

Amadou Haya et ses co-accusés après un long séjour en prison, ont étés libérés ce mardi 28 janvier 2020. Selon les informations une fois libres ils rejoindront leurs corps d’origine sans charge pénale sur eux.

B.M. COULIBALY

Copyright ÉchosMédias © 2008 – 2020. Tous droits réservés

Source: ÉchosMédias

Laisser un commentaire