Des huttes par-ci, des tentes par-là, quelques animaux errants, quelques personnes hébétées se demandant ce qui leur arrive et accourant vers le moindre signe extérieur. Mais un drapeau tricolore (vert-jaune-rouge) qui continue de flotter. C’est le spectacle désolant qu’offre, aujourd’hui, la ville de Labbezanga, devenue, par la force des choses, et une démission collective, une ville fantôme. La seule ville malienne, à la frontière d’avec le Niger, où flotte encore, seul, abandonné de tous, le drapeau malien.

La ville de Labbezanga a été, on s’en souvient, abandonnée par les FAMa à l’issue des attaques de Indelimane et celles d’autres localités à la frontière Mali-Niger. Les forces de défense et de sécurité, contre toute attente, et sans aucune mesure palliative, ont plié bagage abandonnant les populations à leur triste sort. À présent, les quelques personnes qui y vivent, n’ont, en réalité, aucune autre opportunité, aucune solution, nulle part où aller. Elles sont donc obligées de rester sur place se demandant pourquoi elles méritent un tel sort de la part d’un pays auquel elles ont tout donné et pour lequel, elles ont pris beaucoup de risques.  

Laisser un commentaire