Affaire dite de tentative de déstabilisation de la Transition : les avocats de l’ex-Premier ministre Boubou Cissé doutent de la capacité de la justice malienne à juger ce dossier. Ils l’ont annoncé le vendredi 08 janvier dernier à la Maison de la presse, lors d’une conférence de presse, pour informer l’opinion nationale et internationale sur ce qu’on appelle désormais «le dossier du présumé complot contre la Transition».

Cette conférence de presse, a enregistrée la présence effective de Maitre Kassim Tapo et de Maitre Marcel Ceccaldi, du barreau Français, constitués pour assurer la défense de l’ancien premier ministre. Mais aussi celle d’Abdourahamane Touré avocat de l’ancien secrétaire général de la Présidence Sekou Traoré.

Au cours de cette conférence le pôle avocats ont par ailleurs dénoncé «  l’acharnement politique » contre celui qui est censé bénéficier de la présomption d’innocence, bien que non inculpé, d’une tentative de déstabilisation dont ils ont émis des réserves quant au bien-fondé et aux procédures d’inculpation.

« Nous sommes au même niveau d’information que la presse malienne. Le juge d’instruction a décidé de placer en détention six  des inculpés  sans les avoir entendu. Le procureur  a demandé l’ouverture d’une information judiciaire pour complot contre le gouvernement association de malfaiteurs  et offense au chef d’Etat » a déclaré Me Tapo.

L’ancien premier ministre déclaré « introuvable » par le procureur, dit lui être en sécurité à l’intérieur du pays et prêt à répondre à toute convocation de la justice.

Alors que plusieurs de ses coaccusés sont arrêtés, le chef du dernier gouvernement d’IBK reste introuvable. Dans une interview accordée au journal « Le temps », Boubou Cissé a déclaré cette semaine, qu’il a peur pour sa vie et s’est mis en sécurité à l’intérieur du pays. Au même moment, les soutiens de Mohamed Youssouf Bathily dit « Ras Bath » se mobilisent aussi pour demander sa libération.

Marcel Céccaldi, l’un des avocats de l’ancien Premier ministre a indiqué que Boubou Cissé se mettrait à la disposition de la justice « s’il y avait une vraie justice » au Mali. L’avocat français de l’ancien PM dénonce la « cabale politique » qui vise son client et soutient que le dossier dit de « tentative de déstabilisation des institutions » concernant son client est vide et est insoutenable dans un État de droit. Cependant il affirme que son client est disposé à être entendu par la justice malienne mais à condition que « les conditions d’une enquête juste et équitable soient clairement établies ».

Selon Maître Céccaldi, la justice malienne est incapable de tirer les conséquences d’un tel dossier. C’est pourquoi il prévoit de saisir la Cour de justice de la CEDEAO, la communauté des États de l’Afrique de l’Ouest. Introuvable, selon le Procureur, Boubou Cissé a affirmé dans une interview parue dans le journal « Le Temps » cette semaine « avoir peur pour sa vie ».

Boubou Cissé et 5 autres personnes sont accusés par la justice de tentative d’atteinte à la sûreté intérieure de l’État. Ses 5 coaccusés ont tous été arrêtés. Il s’agit notamment du directeur général du Pari mutuel urbain (PMU-Mali) Vital Robert Diop, Mamadou Koné et Souleymane Kansaye du Trésor national, Aguibou Tall, d’AGEFAU, une société de télécommunication et de Mohamed Youssouf Bathily dit Ras Bath, activiste et chroniqueur radio. Les soutiens de ce dernier se mobilisent depuis quelques jours pour sa libération. Après une conférence de presse, ils ont tenté de marcher ce vendredi (08/01/21) à Bamako. Mais la manifestation a été interdite par le gouverneur qui a évoqué l’état d’urgence et le respect des mesures barrières.

Cette conférence de presse intervient après deux interviews accordées par Boubou Cissé à deux médias internationaux montre bien que l’homme est sûrement prêt à répondre devant la justice  des faits qui lui sont reprochés, et qu’il ne reconnaît d’ailleurs pas dans les deux interviews exclusives.

Bakary Mamadou Coulibaly

Laisser un commentaire