Le complexe Loulo-Gounkoto de Barrick Gold Corporation a de nouveau démontré ses preuves. Il dépasse ses prévisions 2019 avec une production de 714,802 onces d’or. Mark Bristow le Président Directeur Général de Barrick, lors d’une conférence de presse avec les médias locaux a affirmé que le complexe a continué à performer de façon consistance par rapport au plan et continue encore de travailler pour remplacer les réserves exploitées par l’exploration avec succès des sites autour de la mine et la conversion des ressources.

« Avec le développement de la troisième mine souterraine du complexe qui devrait démarrer au quatrième trimestre de cette année et un programme intensif d’exploration dans la région de Kéniéba, Loulo-Gounkoto a un potentiel important de croissance et le complexe est bien placé pour répondre à tous les objectifs de son plan de 10 ans » : a-t-il dit.

Conformément à la stratégie d’énergie propre de Barrick, Loulo-Gounkoto est pionnière du premier projet d’énergie solaire du groupe qui sera développé en quatre phases. Avec la première mise en service prévue pour la fin du premier trimestre et le dernier au cours du quatrième trimestre de cette année. Cela ajoutera 20MW au réseau du complexe, baissera le coût unitaire de son énergie et réduira les émissions carboniques de quelques 40,000 tonnes par an. Bristow a dit qu’il servirait par ailleurs de modèle pour l’introduction de l’énergie solaire à travers Barrick et en particulier dans ses opérations nord-américaines.

Également mis en œuvre à l’heure actuelle le projet Ramjack Newtrax qui établit les bases de l’automatisation et le contrôle des mines souterraines du complexe à travers un réseau de fibre optique.

Malgré le haut niveau d’activités, le complexe a maintenu son solide record de sécurité avec perte de temps (blessures SILT) à Loulo qui baisse de quatre à deux d’année en année, et Gounkoto enregistre sa deuxième année consécutive sans LTA.

Bristow a déclaré que le complexe Loulo-Gounkoto a continué d’investir dans les programmes de santé communautaire, d’éducation et de développement économique. L’un de ceux-ci est le complexe agricole mis en place et financé à hauteur de $2.2 millions. Le complexe a produit sa première promotion de 48 jeunes agriculteurs qui ont été installés sur 30 nouvelles fermes agricoles et a fourni non seulement les compétences techniques et entrepreneuriales nécessaires, mais avec le mérite d’appliquer effectivement ces compétences.

Au cours de 2019, Loulo-Gounkoto a dépensé $313 millions dans les entrepreneurs et les fournisseurs locaux et continue de développer les entreprises locales à travers la création d’un fonds de $500,000 destiné aux projets d’incubation pour l’intégration des entrepreneurs locaux dans l’industrie minière.

« Au cours des 23 dernières années, Barrick et Randgold Resources la société dont elle a hérité ont contribué pour $7.2 milliards à l’économie malienne sous forme de taxes, redevances, salaires et autres paiements aux fournisseurs locaux. Au cours de la même période, nos mines au Mali ont payé $2.7 milliards en dividendes, taxes et redevances à l’État soit environ trois fois le milliard de dollars reçu comme dividende par Barrick, » a déclaré Bristow.

« C’est un principe cardinal pour Barrick que nos pays d’accueil et les communautés doivent partager équitablement les avantages créés par nos opérations. Certains, tels que le développement des compétences et la création d’emplois ne sont pas mesurables mais comme ces chiffres le démontrent, la valeur quantifiable que nous procurons au Mali est très substantielle, » a déclaré Bristow.

« Ceci est également le fruit d’un long et constructif partenariat avec le gouvernement du Mali et à cet égard, il est réconfortant de rapporter que nous avons enregistré des progrès significatifs pour le règlement du différend qui nous oppose sur les questions fiscales et connexes et cela va nous permettre de nous tourner vers l’avenir pour continuer de développer notre partenariat avec le gouvernement du Mali et son peuple.

B.M. COULIBALY

Source : EchosMédias

Laisser un commentaire