Depuis quelques semaines, maintenant, partout, à travers le monde, l’heure est à la prévention et/ou la lutte contre la pandémie du Coronavirus ou Covid19.
À l’instar des autres pays de la planète, le Mali, naturellement, s’emploie à prendre des dispositions afin de préserver notre pays de ce fléau apparu, pour la première fois, en Chine, désormais royalement installé en Europe, où il commence à prendre ses quartiers, en Afrique, tout en faisant des ravages aux Etats-Unis et dans d’autres parties sur la Terre.


Le gouvernement malien, il faut l’avouer, a vite fait de prendre la mesure du danger. D’abord, au niveau du ministère de la Santé, qui, sous l’égide du Premier ministre, pour la première fois, avant même que le virus ne débarque sur le continent, a organisé une rencontre sous-régionale sur la question.


Ensuite, c’est le chef du gouvernement qui, lui-même, est monté au créneau pour veiller à ce que toutes les dispositions soient prises en vue de contrer le Covid19, faire le point de l’effectivité des équipements disponibles dans les différents hôpitaux et structures sanitaires du pays, et sensibiliser les populations sur les gestes-barrières.


Le Premier ministre est, depuis, sur la brèche et a véritablement pris le leadership de la campagne de lutte contre le Coronavirus. Il consulte, tous azimuts, conseille, échange, organise et préside des rencontres et réunions ; suit l’application et la mise en œuvre des mesures, délègue souvent, sans se détacher de l’objectif : prémunir, autant que possible, notre pays de la pandémie.


Il y a une semaine, entouré du ministre de la Santé et des Affaires sociales, Michel Hamala Sidibé, et celui des Transports Ibrahim Abdoul Ly, il a entretenu la presse sur les nouvelles mesures prises par le conseil de Défense en rapport avec la lutte contre le Coronavirus.


En véritable Capitaine, il a, ce jour, expliqué, dans les détails, ces dispositions et rassuré de la détermination des plus hautes autorités à protéger les populations contre le fléau. Il est revenu sur les capacités du Mali dans le cadre de la prévention et le traitement, et a conseillé la prudence et la détermination.


Ce même jour, le Premier ministre, ministre de l’Economie et des Finances, a rencontré les acteurs de la société civile et les leaders religieux. Le message était très clair : expliquer les nouvelles dispositions et l’intransigeance du gouvernement.
Aujourd’hui, encore, il prend des initiatives et se tient informé régulièrement de la situation.

Ils s’attaquent, désormais, avec le ministre de la Santé et des Affaires sociales, aux frontières terrestres et aériennes, et veille à ce qu’elles soient les moins poreuses que possible.


Moussa Touré    
Source : Nouvelle Libération

Laisser un commentaire