Un Casque bleu atteint mercredi au Mali dans une attaque imputée aux jihadistes a succombé à ses blessures, portant à quatre le nombre des soldats ivoiriens tués dans les rangs de la mission de l’ONU (Minusma), a indiqué cette dernière jeudi. “Nous venons d’apprendre avec tristesse que, suite à l’attaque d’hier, un quatrième Casque bleu a malheureusement succombé à ses blessures”, a dit le porte-parole de la Minusma Olivier Salgado sur les réseaux sociaux

Il a confirmé ensuite qu’il s’agissait d’un soldat ivoirien comme les trois premiers.Un détachement de Casques bleus ivoiriens a heurté un ou plusieurs engins explosifs improvisés avant d’être la cible de tirs selon un mode opératoire courant, ont rapporté la Minusma et l’état-major ivoirien.

L’attaque a eu lieu au nord de Bambara Maoudé, sur l’axe entre Douentza (centre) et Tombouctou (nord-ouest), dans une région qui est l’un des foyers de la violence polymorphe qui ensanglante le Sahel.Plusieurs autres Casques bleus ont été blessés.

La Minusma, établie en 2013 et forte de 15.000 hommes et femmes dont environ 12.000 militaires selon l’ONU, a perdu plus de 130 de ses membres dans des actes hostiles au Mali.

C’est la mission la plus meurtrière pour les Casques bleus dans le monde.Le secteur de Douentza-Tombouctou est le champ d’action du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM, Jnim en arabe), affilié à Al-Qaïda, et non de l’organisation Etat islamique (EI), également active ailleurs au Mali.Le GSIM a revendiqué l’activation d’engins explosifs improvisés qui ont causé la mort de cinq soldats de la force antijihadiste française Barkhane le 28 décembre et le 2 janvier au Mali.

Copyright EchosMédias © 2008 – 2021. Tous droits réservés

Source: AFP

Laisser un commentaire