« Le Contrat du Peuple » : Chacun en reste acteur et « le chien de garde »

La construction citoyenne et la culture politique sont des voies à dessiner; elles sont exigeantes et ne sont efficaces qu’à travers l’autonomie individuelle et l’entendement collectif. […]
La vie en commun est politique, sociale et économique; des orientations qui doivent être organisées par un système intelligent, structuré et compris par la masse. Ce volet capital qui est la politique d’une nation, sert à encadrer les valeurs, les normes et les intérêts dans une vision concordante et compatible avec les réalités socio-culturelles. La loi morale reste l’une des colonnes vertébrales et la confiance entre les composante s de la société, le point de départ.


La politique dans son exercice s’occupe des besoins de la cité, du moins, c’est la perception générale. Elle n’est efficace que lorsqu’elle est distributive dans son exécution et pour qu’elle le soit, la condition préalable nécessite l’approbation globale. La culture politique n’est autre que cette compréhension sur les faits bénéfiques pour une nation. Et la détermination de léguer à la postérité des repères […] doit être sa finalité.

Parmi ces aspects (repères) profitables pour tous, l’Ordre Social est impératif pour renforcer la citoyenneté et la responsabilité politique dans une république. Cet ordre n’est pas seulement structurel, il est un système de pensée et de pratique […] qui s’exercent.


Comment susciter l’engagement général dans le maintien d’un idéal, reste le grand défi et dépend d’une pédagogie à travers un concept inclusif et désintéressé. La base doit être au cœur d’un tel projet qu’on appellera ici : Le Contrat du Peuple.

Il est du peuple car c’est lui qui indiquera ses grandes lignes et même contribuera à la proposition des mesures convenables aux difficultés actuelles. Il doit être intelligent, c’est à dire simple dans sa formulation pour être accessible à tous. […]
La contribution de la jeunesse dans ce processus s’effectue de façon volontaire. La société civile constitue l’accompagnatrice de chaque principe décidé et accepté. Chacun reste acteur et « le chien de garde » d’un tel projet du peuple.
(Extrait de du journal de voyage : La raison de mon état; ma bêtise, 2017)
Tâchons d’y penser !


MBK
Enseignant du supérieur, consultant en coopération internationale et conférencier

Laisser un commentaire