À l’appel de trois organisations politiques de l’opposition, des milliers  de manifestants ont convergé à la place de l’indépendance de Bamako  pour exiger à « la démission du Président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta. »  Des échauffourées ont opposé manifestants et forces de l’ordre et de sécurité à quelques encablures de la résidence du Chef de l’Etat.

maliweb.net –La manifestation pacifique organisée, hier vendredi, le Mouvement  Espoir Mali Kura, le Front pour la sauvegarde de la démocratie et la Coordination des associations et sympathisants de l’imam Mahmoud Dicko (CMAS), et qui a mobilisé une marée humaine   dans les rues de Bamako, a finalement tourné à des échauffourées entre les forces de l’ordre et de Sécurité et des manifestants, qui voulaient coûte que coûte obtenir la démission du Chef de l’Etat.

Après les interventions des organisateurs  à la place de l’Indépendance, les deux anciens ministres, Moussa Sinko Coulibaly et Cheick Oumar Sissoko à la tête d’une foule ont convergé vers la résidence du Chef de l’Etat dans le quartier de Sébénicoro.  En cours de route, ils  sont tombés sur un important dispositif  sécuritaire, qui n’a pas hésité à user des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants.  Des vidéos amateurs largement partagées sur les réseaux sociaux montrent les jets de cailloux et de nombreux pneus brûlés sur l’avenue Mohamed VI.  Les forces de sécurité et de l’ordre ont finalement eu raison des manifestants qui tentaient de s’introduire dans la résidence du chef de l’Etat.

Ces échauffourées entre manifestants et la police sont le couronnement d’un meeting géant  de l’opposition, qui proteste contre la gouvernance du pays  par le régime du Président IBK.  Avant de nombreux  leaders religieux et de chefs de partis politiques avaient lancé un ultimatum  au régime  afin d’obtenir  «  la démission du Chef de l’Etat » au plus tard  18 heures, hier soir.   Ils ont tenus des mots durs contre IBK, le président de l’Assemblée nationale et la présidente de la Cour Constitutionnelle.  *

Dans une déclaration  lue, par le vice-président de l’URD, Pr Salikou Sanogo,   les manifestants ont exigé  : «  la  reconstruction des forces armées et de sécurité, la préservation de l’intégrité territoriale du Mali, une gouvernance vertueuse garantissant la paix, la sécurité, la justice et la réconciliation nationale, la priorisation de l’éducation et de la santé,  la garantie de l’accès aux services sociaux de base et aux infrastructures, la restauration de l’Etat de droit par la consolidation de la démocratie ». 

Siaka DIAMOUTENE

Copyright EchosMédias  © 2008 – 2020. Tous droits réserve

Source : Maliweb.net

Laisser un commentaire