«Même s’il faut respecter le principe sacro-saint de la continuité de l’Etat, la Transition en cours se donne le devoir de marquer la rupture en accélérant toutes les initiatives permettant à la population de développer le vivre ensemble dans la paix et dans la cohésion sociale à travers les initiatives citoyennes comme l’accès universelle à l’eau potable de nos populations surtout dans les zones les plus reculées».

Ces propos du Ministre des Mines, de l’Energie et de l’Eau, M. Lamine Seydou Traoré, illustre l’importance que les autorités de la transition accordent à l’approvisionnement en eau potable de nos populations en mettant en place des approches irréversibles pour la continuité de l’action gouvernementale.

C’était ce matin à la faveur de la mise en services des nouvelles infrastructures de production et de distribution d’eau potable et lancement du programme de branchements sociaux à Siby.

À travers cette dernières initiative, le Gouvernement du Mali entend démocratiser davantage l’accès au service d’eau potable à domicile, le robinet à domicile dans les villes concernées en rabattant le prix d’un branchement de 130 000 F CFA à 20 000 F CFA afin qu’il soit à la portée de plus de familles.

Pour le Centre de Siby, ce sont près de 300 nouveaux abonnés qui seront desservis en eau potable, soit plus de 2 500 bénéficiaires directs et un total de près de 3 500 sur le réseau.

Une trentaine de localités à approvisionnement précaire en termes de disponibilité des ressources en eau et d’extension du réseau ont été sélectionnées pour le programme d’actions 2021-2022 de la SOMAGEP-SA.

Il s’agit entre autres des centres de Koulikoro, Gourma-Rharous, Diré, Bla, Dioila, Siby, Konobougou, Baraouéli, Dioro, Dougabougou, Kolokani, Mahou, Niono, Ségala, Yélimané, Nara, Banamba, Kolondièba, Kéniéba, Ouélessébougou, Diboli, Dièma, Niono, Fana.

Les travaux à réaliser dans chaque centre se composent comme suit : 5 à 6 km de réseau tertiaire de distribution, 5 à 10 Bornes fontaines, des branchements sociaux réalisés pour permettre au minimum à plus de 500 personnes d’avoir accès à l’eau potable et le renforcement de la capacité de production si nécessaire.

Adama TRAORÉ

ÉchosMédias

Laisser un commentaire