Le samedi 8 février également, une patrouille de Mirage
2000 est intervenue en appui d’un détachement FAMa,
au nord-est de la ville d’Hombori dans le Gourma. Un
« show of force » a contribué à mettre en déroute les
terroristes qui avaient tendu une embuscade aux FAMa.
Outre la coordination mise en place entre les FAMa et
la patrouille aérienne, c’est l’action des guetteurs
aériens tactiques avancés (GATA) maliens
précédemment formés par Barkhane, qui a été décisive,
en permettant un dialogue direct entre les Mirage et les troupes au sol.
Dans le même temps, une patrouille d’hélicoptères Tigre a également été engagée dans la zone d’opération.
Elle s’est rapidement trouvée au contact du groupe armé terroriste, a neutralisé l’un d’entre eux et a détruit
sa moto.
La réaction efficace des FAMa lors de cette embuscade fait écho à leur résistance lors de l’attaque du poste
de Dinangourou du 6 février. Après avoir repoussé les assaillants au cours de violents combats qui ont
permis de préserver leur emprise, les soldats ont fait appel à des renforts des forces aériennes maliennes.
Leur action coordonnée a permis d’infliger de lourdes pertes au groupe terroriste les ayant attaqués. Cette réaction illustre la progression des forces armées maliennes, et est une conséquence directe des efforts
fournis par Barkhane et ses partenaires dans le cadre du partenariat militaire opérationnel.
Enfin, les actions de recherche d’éléments des groupes armés terroristes, entreprises à la suite de
l’embuscade repoussée par les FAMa dans la région de Hombori, ont été concrétisées le mercredi 12 février
par une opération qui a visé un campement des groupes armés terroristes dans la région de Gossi. Cette opération a engagé conjointement des hélicoptères et des Mirage 2000-D, qui ont effectué une frappe. Une
quantité importante de matériel a été détruite, et plusieurs terroristes ont été mis hors de combat. Après les
frappes, la force Barkhane a mis au sol un groupe de commandos pour sécuriser la zone. Des motos, de
l’armement et des vêtements militaires ont été saisis, de même qu’un important volume de carburant.
Conduite par les armées françaises, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, l’opération Barkhane a été
lancée le 1er août 2014. Elle repose sur une approche stratégique fondée sur une logique de partenariat
avec les principaux pays de la bande sahélo-saharienne (BSS) : Burkina-Faso, Mali, Mauritanie, Niger, et
Tchad. Elle regroupe environ 5100 militaires dont la mission consiste à lutter contre les groupes armés
terroristes et à soutenir les forces armées des pays partenaires afin qu’elles puissent prendre en compte
cette menace.
Contact presse :
barkhane.com@gmail.com

Laisser un commentaire