Décidés à ne pas baisser les bras, à ne pas se reposer jusqu’à ce que les prix des denrées de première nécessité baissent et soient à la portée du malien moyen, les responsables du Front populaire des jeunes du Mali (FPJM) ont rendu visite, le 7 octobre 2021 au Syndicat national des commerçants détaillants du Mali (Synacodem) en vue d’alerter les autorités de la Transition sur la vie chère. Il en a profité pour annoncer la tenue d’un Forum contre la flambée des prix des denrées alimentaires.

La cérémonie était présidée par le président du Synacodem, Cheick Oumar Sacko, en présence du président d’honneur du FPJM, Mamadou Diawara, Youssouf Touré, Sarafo Fofana, Boubacar Nimaga…

Le président d’honneur du FPJM a rappelé que le Front avait animé une conférence de presse pour attirer l’attention des autorités de la Transition sur la vie chère. Nous voulons la baisse drastique des prix des denrées alimentaires, avant de dénoncer la hausse des prix des denrées alimentaires, notamment la viande, l’huile, sucre, riz, mil…

Il a précisé que l’augmentation arbitraire des prix est une forme d’enrichissement illicite qui doit être combattue.

Pour lui, le prix d’huile doit revenir à 650 F CFA, sucre à 400 F CFA. Pour Boubacar Nimaga, nous sommes là aujourd’hui pour dénoncer avec force contre la vie chère, contre la souffrance des populations à cause de l’augmentation des prix des denrées alimentaires.

Pour le 4è vice-président du Synacodem, Sidy Traoré, nous voulons que cette pratique mafieuse cesse, que l’exonération ne soit le monopole de personnes. Mais que le monopole soit à tous pour que les prix des denrées alimentaires soient à la portée des populations. Le président du Synacodem, Cheick Oumar Sacko a remercié le Front pour leur sens patriotique.

« Nous sommes des commerçants détaillants et notre rôle est différent de celui des consommateurs ». Il a expliqué le processus d’acquisition de l’exonération.

Mahfila COULIBALY

ÉchosMédias

Laisser un commentaire