La directrice générale de l’Agence de Gestion du Marché Central à Poisson de Bamako (AGMCPB), Diawara Aïssata Lady Touré a présidé la 12ème session à mi-parcours du Conseil d’Administration de ladite agence. C’était vendredi 30 juillet 2021, dans leur salle de conférence, en présence de tous les administrateurs.

Au cours du discours d’ouverture de cette 12ème session à mi-parcours, la Directrice générale de l’Agence de Gestion du Marché Central à Poisson de Bamako (AGMCPB), Diawara Aïssata Lady Touré a rappelé que, le marché central doit relever un défi majeur qui est : la réduction des pertes post captures et la contribution à la satisfaction de l’autosuffisance alimentaire de la population malienne en matière de poisson de qualité dans les bonnes conditions d’hygiène et de conservation.

Selon elle, il est nécessaire et indispensable que le marché dans son fonctionnement assure d’une manière continue une véritable chaîne de froid, car il constitue le maillon terminal de la chaine de sur 3 valeur poisson et il est le niveau indispensable pour la valorisation des produits halieutiques et aquacoles.

Cependant, elle a attiré l’attention sur le risque d’un chaos.

En effet, pour atteindre l’un des objectifs du Marché qui consiste à augmenter la contribution de la Pêche et de l’Aquaculture à la croissance économique du pays et rendre les produits compétitifs sur les marchés intérieur et extérieur : « il faut que l’Etat continue à respecter ses engagements en matière de fournitures d’électricité, jusqu’au démarrage effectif du marché ».

Au cours de cette présente session, les travaux ont porté sur l’examiner l’état d’exécution du budget d’Etat et le rapport d’activité du 01 Janvier au 30 Juin 2021.

Selon la directrice de l’AGCMPB, au titre des recettes sur le budget d’Etat : les encaissements se sont élevés à 152.111.250 FCFA sur une prévision annuelle de 341.500.000 FCFA soit un taux de mobilisation de 44,18% pour un taux semestriel de 99,19%.

– Le recouvrement sur Fonds propres Les encaissements se sont élevés à 143 821 955 FCFA sur une prévision de 448 685 000F CFA, soit un taux de recouvrement semestriel de 58,86%.

Au titre des dépenses sur le budget d’Etat : les dépenses sont de 150 891 240 F CFA sur une prévision annuelle de 341 500 000 FCFA, soit un taux de mobilisation annuelle de 44, 18%, pour un taux semestriel de 99,66%.

Concernant les Fonds Propres : les dépenses sont de 146 812 401 F CFA sur une prévision annuelle de 448 685 000F CFA soit un taux annuel de 35,48% pour un taux semestriel de 65,44%.

Il est à noter que l’Agence a eu des difficultés liées à des pannes de certains tuyaux de l’usine de fabrique de glace, faisant qu’elle ne peut plus faire la double production.

« C’est ainsi que la JICA a fait intervenir ses experts de Dakar pour nous commander les pièces en question qui malheureusement tardent à venir », a-t-elle conclu.

Aïssétou Cissé

ÉchosMédias

Laisser un commentaire