0 0
Read Time:2 Minute, 44 Second

La France s’apprête à contribuer à la production de vaccins en Afrique. A l’occasion du forum mondial de la vaccination qui se tient à Paris, le président français Emmanuel Macron a annoncé un projet d’un milliard de dollars pour combler les inégalités vaccinales constatées lors de la crise du coronavirus. Il a été rejoint par plusieurs dirigeants africains pour donner le coup d’envoi d’un projet d’un milliard de dollars visant à accélérer le déploiement des vaccins en Afrique, après que la pandémie de coronavirus a mis en évidence les inégalités criantes en matière d’accès à ces vaccins…


Le chancelier allemand Olaf Scholz et la première dame des États-Unis Jill Biden ont envoyé des messages vidéo de soutien à l’initiative.

Le lancement de l’Accélérateur africain de fabrication de vaccins (AVMA), qui offrira des incitations financières aux fabricants de vaccins, a permis à M. Macron de s’éloigner momentanément des préoccupations de politique intérieure, alors que des élections législatives se profilent à l’horizon les 30 juin et 7 juillet.
De nombreux dirigeants africains et groupes de pression affirment que l’Afrique a été injustement privée de l’accès aux outils de traitement, aux vaccins et au matériel d’essai du COVID-19 – que de nombreux pays riches ont acheté en grandes quantités – après que la pandémie a balayé le monde à partir de 2020.
L’OMS, les groupes de pression et d’autres organisations souhaitent aider l’Afrique à mieux se préparer à la prochaine pandémie, que de nombreux experts de la santé jugent inévitable.
Lorsque la pandémie de coronavirus a commencé, l’Afrique du Sud était le seul pays d’Afrique capable de produire des vaccins, selon les responsables, et le continent ne produisait qu’une infime partie de tous les vaccins du monde.
L’OMS n’a pas réussi à aider les pays à se mettre d’accord sur un « traité sur les pandémies » – visant à améliorer la préparation et la réponse aux pandémies – avant sa réunion annuelle du mois dernier.
Le projet a été abandonné en grande partie en raison de désaccords sur le partage d’informations concernant les agents pathogènes à l’origine d’épidémies et les outils de haute technologie utilisés pour les combattre.
L’événement de jeudi à Paris vise également à donner un coup de pouce financier à Gavi, l’Alliance du vaccin, un partenariat public-privé qui aide à fournir les vaccins nécessaires aux pays en développement dans le monde entier.
Selon Gavi, le projet vise à mettre à disposition jusqu’à 1 milliard de dollars au cours des dix prochaines années afin de stimuler la base manufacturière de l’Afrique, d’améliorer les marchés mondiaux des vaccins et d’améliorer la préparation et la réponse aux pandémies et aux épidémies telles que le VIH, le paludisme, la tuberculose et le virus COVID-19.
Selon l’alliance basée à Genève, l’accélérateur injectera des fonds dans les fabricants africains une fois qu’ils auront franchi les étapes de l’approvisionnement et de la réglementation, dans le but d’utiliser les forces du marché pour faire baisser les prix et encourager les investissements en amont.
Les responsables affirment que le projet explorera des questions telles que le transfert de technologie – auquel se sont opposés certains pays occidentaux dotés de puissantes sociétés pharmaceutiques – ainsi que la création éventuelle d’une agence africaine des médicaments et la résolution des obstacles réglementaires rencontrés dans la mosaïque des systèmes juridiques africains.
………Africanews
Source : Africanews

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post Vladimir Poutine et Kim Jong-un s’offrent une balade en limousine pour mettre en scène leur entente
Next post Déficit : épinglée par l’Union européenne, la France risque une sanction de 2,5 milliards d’euros par an

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *