0 0
Read Time:2 Minute, 7 Second

Au plus bas dans les sondages, la majorité sortante règle ses comptes avec l’ancien Premier ministre qui a accusé le 20 juin Emmanuel Macron d’avoir «tué la majorité présidentielle». Le ministre de l’Économie s’est pour sa part emporté contre les conseillers du président, les traitant de «cloportes»…

«C’est le président de la République qui a tué la majorité présidentielle, il l’a dissoute.» Le 20 juin, au micro de TF1, l’ancien Premier ministre Édouard Philippe, président du parti Horizons et membre de la majorité présidentielle, s’en est pris à Emmanuel Macron.

Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a également réglé ses comptes avec des proches du président, au début d’une campagne qui s’annonce compliquée pour les centristes. «On passe à autre chose» : Édouard Philippe égratigne son président «Il y a une alternative qui n’est pas la reproduction de ce qui a existé.» Pour Édouard Philippe, la majorité centriste doit changer si elle veut continuer à exister.

Il précise d’ailleurs sa pensée en affirmant : «On passe à autre chose et autre chose, ça ne peut pas être exactement la même chose qu’avant, donc c’est créer une nouvelle majorité parlementaire qui fonctionnera sur des bases différentes de l’ancienne majorité présidentielle.»

Et l’ancien chef de gouvernement de se positionner en affirmant y être «prêt», avant d’affirmer : «C’est ce que j’essaye de construire.»

Des propos qui ont fait dire au directeur adjoint du Figaro Yves Thréard, sur LCI le 20 juin : «C’est la fin de Macron et du macronisme.» Pour le journaliste, si le camp présidentiel remportait les législatives, «il serait quasiment en cohabitation avec le président de la République». 

Bruno Le Maire fustige les «cloportes» de la République Le même jour, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire, qui digère mal la dissolution de l’Assemblée nationale, a de son côté tancé l’entourage présidentiel.

«Vous savez, les parquets des ministères et des palais de la République sont pleins de cloportes», a-t-il déclaré sur le plateau de TV5 Monde, à l’adresse de conseillers d’Emmanuel Macron.

«Il est très difficile de s’en débarrasser, le mieux c’est de ne pas les écouter», a-t-il ajouté.

Une attaque à peine cachée contre Bruno-Roger Petit, ancien journaliste devenu «conseiller mémoire» du président, et l’ex-sénateur sarkozyste Pierre Charon, qui seraient les deux inspirateurs de la décision d’Emmanuel Macron, le 9 juin, de dissoudre l’Assemblée.

Lire la suite de l’article

Source : RT en français

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post Législatives en France : «le macronisme, c’est terminé», selon François Hollande
Next post Inauguration d’infrastructures routières à Sikasso

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *