0 0
Read Time:1 Minute, 9 Second

Certains responsables de la CEDEAO « ne sont pas sortis des anciennes méthodes de toujours faire peur aux populations », estime le ministre malien des Affaires étrangères…


C’est ainsi que Abdoulaye Diop, ministre malien de Affaires étrangères, a réagi sur l’hypothèse d’introduction d’un régime de visa pour les habitants de l’AES de la part de la CEDEAO.
Certains responsables de la Communauté « ne sont pas sortis des anciennes méthodes de toujours faire peur aux populations, de faire du chantage, d’utiliser une population comme une arme pour créer les problèmes », a lancé Abdoulaye Diop.

« Nos populations ne doivent pas servir de boucliers », a-t-il indiqué. Il a pourtant souligné qu’il n’y avait aucune référence à de probables restrictions dans le communiqué final de la CEDEAO.

Le 7 juillet, le président de la Commission de la CEDEAO, lors du sommet de la Communauté à Abuja, a évalué l’impact potentiel du retrait du Mali, du Burkina et du Niger sur la libre circulation des personnes dans la sous-région. Le retrait du Niger, du Mali et du Burkina de la CEDEAO « affectera les conditions de voyage et d’immigration des citoyens de ces trois pays, car ils auront désormais à mener des démarches en vue de l’obtention d’un visa avant de voyager dans la sous-région », a ainsi déclaré Omar Alieu Turay.


Source : sputniknews

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post Bloomberg : L’Arabie Saoudite menace le G7 de «se débarrasser» des titres européens si les avoirs russes gelés sont confisqués
Next post Le Canada poursuivi en justice pour avoir placé des migrants dans des prisons

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *