Le Président de l’Autorité de Protection des Données à Caractère Personnel, M. Oumarou Ag Mohamed Ibrahim Haïdara a présidé les travaux de la 2ème Session ordinaire de sa structure.

C’était ce lundi 2 août 2021, dans la salle de conférence de l’APDP, en présence des Commissaires de l’APDP.

Au cours de son discours d’ouverture, le Président de l’Autorité de Protection des Données à caractère Personnel (APDP), M. Oumarou Ag Mohamed Ibrahim Haïdara a indiqué que, la structure est de plus en plus sollicitée, tant par le public que par le privé, pour de multiples interventions en rapport avec ses missions.

Pour les travaux de cette 2ème session qui se tient juste à quelques semaines d’une session extraordinaire, les commissaires se pencheront sur plus de 104 dossiers, déjà déposés.

Selon lui, ces présentes assises, permettront d’analyser sous l’angle de la loi, comme à l’accoutumée des dossiers portant sur des sujets aussi divers que variés que sont : les plaintes pour violation de données à caractère personnel, les données relatives à la gestion du personnel ou à la gestion de la clientèle, les mesures de sécurité applicables au traitement des données, le système de vidéosurveillance sur les lieux de travail et les lieux privés, etc. « Je ne doute point que vous ferez preuve de perspicacité et de rigueur dans l’examen des dossiers sur lesquels vous aurez à vous plancher », a-t-il laissé entendre.

Cependant l’APDP, durant ses 6 ans d’existence, n’a nullement bousculé des habitudes, mais redresser des comportements.

La protection des données personnelles se conçoit, tel un impératif pour toutes les nations du monde, et particulièrement la nôtre, confrontée á des défis de plus en plus recrudescents dont l’acuité et la persistance mettent à rude épreuve la sécurité intérieure et extérieure, s’ils ne menacent même leur existence.

« Elle se révèle comme un impératif démocratique majeur et l’APDP en constitue indubitablement le vecteur essentiel, si ce n’est le sanctuaire.

Ainsi, l’APDP veillera-t elle scrupuleusement à ce que tout traitement de données garantisse les libertés et les droits fondamentaux des personnes vivant sur le territoire national.

Elle œuvrera à travers l’éducation pour tous au numérique, par des campagnes de sensibilisation comme elle l’a toujours fait : afin que la loi en matière de protection des données à caractère personnel, soit largement diffusée et facilement accessible au commun des citoyens ; gage de réceptivité de son respect par tous », a-t-il laissé entendre.

Ainsi dira-t-il, l’APDP ne s’est jamais érigée en bourreau, mais en conseiller, elle n’a non plus cherché à se substituer, mais à compléter.

En effet, il a témoigné toute sa satisfaction par rapport à : « l’atmosphère empreinte de sérénité, de convivialité et de fraternité dans laquelle baigne t’Autorité. Les résultats probants auxquels l’institution est parvenue, en si peu de temps, attestent éloquemment de la compétence et de la détermination de notre jeune équipe disposée à lever les écueils, voire les plus insoupçonnés pour que l’Autorité puisse assurer pleinement ses missions ».

Pour terminer son intervention, il a rappel » qu’après tant d’années de sensibilisation et de pédagogie, l’heure pour l’APDP est venue de mettre en pratique les sanctions prévues par la loi : « tout responsable de traitement de quelque nature qu’il soit, du premier responsable physique ou moral, jusqu’au simple citoyen transcendant la vie privée et les données personnelles de toute personne vivant sur le territoire national se verra sanctionner en application des dispositions de la loi portant protection des données à caractère personnel ».

Aïssétou Cissé

ÉchosMédias

Laisser un commentaire