0 0
Read Time:4 Minute, 12 Second

Le Chef de Cabinet du Ministère des Mines, de l’Energie et de l’Eau, Lassana Touré a présidé les travaux de l’atelier de réflexion sur la loi portant valorisation du Contenu local des ressources minières, pétrolières et gazières du Mali. C’était hier jeudi 15 septembre 2022, dans la salle de conférence Fodé Kouyaté, en présence du Président de la commission des Finances, de la promotion des investissements, de l’Industrie et des Mines du CNT M. Mamadou Lamine Diarra ; le représentant du ministère de l’Environnement et d’Assainissement ; le représentant de l’ITIE Mali, de l’organisation Publiez Ce Que Vous Payez ; ainsi que des acteurs clés du secteur minier du Mali.

Au cours de son intervention, le Coordinateur du Secrétariat permanent du Symposium National sur le contenu local, M. Brahima Mariko a précisé que cet atelier de validation des dispositifs législatifs, réglementaires et institutionnels sur le contenu local au Mali est pour nous, la construction par le Mali d4un nouveau modèle économique qui sera 100% tourné vers l’optimisation les facteurs endogènes.

Pour lui, cette transition économique est une nécessité et un exercice pour notre pas afin d’accéder sur le chemin des Etats émergents.

«Le Contenu local, c’est-à-dire, le développement des capacités locales, l’utilisation des ressources humaines et matérielles locales, le transfert des technologies, la sous-traitance des entreprises locales, des services et produits locaux ainsi que la création des valeurs rationnelles mesurables à l’économie locale, est pour nous FER Mali, la voie de l’émergence, de la souveraineté et de l’indépendance économique de notre Maliba et notre Malikura», a-t-il souligné.

A l‘en croire : «le modèle économique que nous voulons pour le Malikura, c’est l’exploitation adéquate, rationnelle et optimale de nos ressources minérales tout en privilégiant les initiatives locales et les services locaux. Notre vision stratégique est que 80% à 100% des activités de sous-traitance, de fournitures, des biens ou emploi soient entre les mains des nationaux».

En effet, FER Mali propose des échanges autour d’un projet de proposition de loi n°2022/81-20 fixant les instituant le contenu local sur la valorisation et gestion des ressources minérales au Mali ; projet de proposition de décret n°2022 /81-20 fixant les conditions et les modalités d’applications de la loi sur le contenu local en république du Mali ; projet de proposition de décret n°2022/82-20 portant sur l’organisation et le fonctionnement de la Coordination Nationale de Suivi-Evaluation du contenu Local, CNSECL, au Mali ; projet de proposition de décret n°2022/83-20 fixant les modalités de participation des investisseurs maliens dans les entreprises intervenants dans les activités minières, pétrolières et gazières et classement des activités de l’avant de l’amont minier, pétrolier et gazier dans les régimes exclusif, mixte et non exclusif ; projet de proposition de décret n°2022/84-20 portant établissement de la liste des biens et services fourni aux entreprises minières, pétrolières et gazières au Mali ; projet de proposition de décret n°2022/85-20 fixant les modalités d’alimentation et de fonctionnement du Fonds d’Appui au Développement du Contenu Local, FADCL ; projet de proposition de décret n°2022/86-20 portant sur l’encadrement et l’organisation des stages et des visites d’études des étudiants maliens dans les domaines liés à l’exploitation minière, pétrolière et gazière ; et fixant les mesures spéciales aux sociétés minières, pétrolières et gazières opérant au Mali.

Pour sa part, le Président de FER Mali, M. Sory Traoré a indiqué que l’objectif affiché par cet atelier est d’ : «avoir un secteur privé dynamique qui puisse accéder et répondre à la demande des sociétés d’exploitations des ressources minérales, afin de booster les maux qui minent le secteur minier».

Dans la même lancée, il dira que le chemin du Mali passera forcément par sa souveraineté économique et sur l’exploitation de ses ressources minières, pétrolières et gazières. «C’est pour cela que FER Mali a pris comme engagement de faire en sorte que l’Or du Mali puisse briller pour les maliens», a-t-il indiqué.

À ses dires, FER Mali s’inscrit dans la dynamique de faire l’exploitation adéquate, rationnelle et optimale de nos ressources minérales afin d’avoir un secteur privé dynamique tout en privilégiant les initiatives locales et les services locaux.

«Le chemin du Mali passera forcément par sa souveraineté économique et sur l’exploitation des ressources minières tout en privilégiant les initiatives locales et les services locaux. Et notre vision stratégique est que 80% à 100% des activités de sous-traitance, de fournitures des biens ou emploi soient entre les mains des opérateurs économiques nationaux», a-t-il avancé.

Pour clore son intervention, il dira que le projet de loi assorti de cet atelier permettra pour l’Etat malien de capter l’économie des activités liées directement où indirectement de l’exploitation des ressources minérales qui se chiffrent à 50% du PIB soit plus de 1700 milliards de FCFA et lutter efficacement contre la pauvreté.

Aissetou Cissé

ÉchosMédias

Happy
Happy
100 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %