La cérémonie d’ouverture était présidée par le président Aboubacar Bany ZON, le coordonnateur général du CCDP, M. Abdou Alouseini TOURÉ. le DGA de la CANAM. C’était ce jeudi 08 juillet 2021 à la Maison des Aînés.

Selon la déclaration de monsieur Aboubacar bani ZAN, le coordonnateur du cadre de Concertation des Directeurs de Publication (CCDP), les journalistes de la presse écrite, des radios, télés, sites internet et autres, avons toujours un rôle important à jouer. Cela à travers nos articles de presse, les reportages radios, télévisuels et autres, en vue d’informer et de sensibiliser les paisibles citoyens, l’avantage et les inconvénients de non adhésion de l’AMO, les conséquences de l’emploi abusif de la carte AMO ». Il s’exprimait à l’ouverture d’un atelier de sensibilisation à l’intention des journalistes en vue de lutter efficacement contre la fraude à l’AMO.

Cependant, le Cadre de Concertation des Directeurs de Publication- CCDP, jouera comme toujours sa partition, en mobilisant ses membres et les organes de presse partenaires pour une large diffusion des messages d’information et de sensibilisation, en direction des assurés et de tous les acteurs intervenant dans la prestation à l’AMO.

En conclusion le coordonnateur Aboubacar Bany ZON rassure que « l’AMO qui a été instaurée il y a plus de dix ans, demeure sans nul doute l’un des dispositifs sur le plan social le plus concret, pratique et efficace, en matière de couverture sanitaire dans notre pays. Et invité les plus hautes autorités du pays accordent une attention toute particulière à l’AMO. Raison pour laquelle, elles ne cessent de la soutenir et de prendre des mesures pour assurer sa pérennité ». « la présente journée que nous qualifions d’échanges de la Canam avec des directeurs de publication et directeurs de rédaction intervient à un moment où l’utilité de l’AMO se fait sentir tous les jours dans les actions de santé des assurés réguliers. Il arrive très souvent que des assurés emploient abusivement leur carte AMO soit directement ou indirectement pour des raisons sociales. Ce qui, du coup met en péril les acquis à court, moyen et long les prestations à l’assurance maladie obligatoire. Face à cette situation abusive, si rien n’est fait pour aider les responsables de la Canam à circonscrire efficacement la fraude à l’AMO, c’est l’avenir du dispositif tant apprécié par l’immense majorité des maliens pauvres, qui sera hypothéqué » dixit Aboubacar Bany ZON.

Bakary Mamadou COULIBALY

ÉchosMédias

Laisser un commentaire