Si depuis la signature définitive, le 20 juin 2015, de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali (APRM), sa mise en œuvre n’en finit pas de pécher par les sautes d’humeurs de ses signataires, il faut dire qu’en réalité, ce sont plutôt les perceptions, que se font les uns et les autres, qui diffèrent en ce qui concerne bon nombre de dispositions de l’Accord en question.

Du côté de la majorité écrasante des maliens, toutes tendances confondues, on ne se reconnaît pas dans cet accord qui dégage des relents de partition du pays. C’est pourquoi, depuis la signature de l’APRM, sa mise en œuvre a toujours été tributaire des sautes d’humeur de ses signataires. En tout cas, ce qui ne fait l’ombre d’aucun doute, aujourd’hui, est que le peuple garde un œil très attentif sur le déroulement des opérations de mise en œuvre de l’Accord d’Alger. C’est donc dire que la position du peuple a changé, vis-à-vis dudit Accord, même s’il avait soutenu ne pas s’y reconnaître, au motif qu’il n’a pas été associé aux pourparlers qui ont abouti à l’élaboration de cet Accord. D’autre part, il est aisé de constater que les autorités de la transition ont plutôt opté pour une politique d’accélération de la mise en œuvre de l’Accord d’Alger.

Même si les maliens n’ont pas été édifiés de cette option de nos autorités, il n’en demeure pas moins que des indices probants le démontrent.

Au nombre desquels indices, la visite officielle que le Chef de l’Etat Bah N’Daw a effectuée auprès de son homologue français le 27 janvier dernier, avec en toile de fond les mesures à prendre pour accélérer l’application de l’APRM. Outre cette visite officielle, on retiendra aussi l’entrée significative des ex-rebelles dans le gouvernement de transition et aussi leur présence non négligeable au sein du Conseil National de Transition (CNT). A cela s’ajoute la visite d’une importante délégation ministérielle à Kidal, fin janvier dernier.

Et comme couronnement de toutes ces ‘’supposées’’ avancées, dans le processus de paix issu des pourparlers d’Alger, la 42ème session du Comité de Suivi de l’Accord (CSA) a été délocalisée, le 11 février 2021, à Kidal.

C’est le point de départ d’une politique de délocalisation à outrance, des sessions du Comité de Suivi de l’Accord (CSA). Aujourd’hui 29 mars 2021 c’est la ville de Kayes qui accueille la 43ème session ordinaire du CSA. Cette politique de délocalisation des rencontres du CSA, à travers les grandes villes du pays, vise à édifier les populations sur les tenants et les aboutissants de l’Accord issu du processus d’Alger. Si de par cette politique de délocalisation des sessions ordinaires du CSA, les autorités de la transition veulent envoyer un signal fort quant à leur volonté d’accélérer le processus d’Alger, il faut dire que la situation suscite beaucoup de polémique, tant au sein des groupes armés signataires de l’Accord que du côté des organisations de la société civile et des formations politiques. C’est ainsi que des regroupements d’organisations de la…

El Hadj Mamadou GABA

Copyright EchosMédias © 2008 – 2021. Tous droits réservés

Source: Le Soir de Bamako

Laisser un commentaire