0 0
Read Time:1 Minute, 22 Second

Le Mouvement nationaliste Yèrèwolo Débout sur les Remparts exige le départ des forces de la MINUSMA du Mali avant le 22 septembre prochain. Coiffés de bonnets bleus, les leaders du mouvement ne veulent des casques bleus au Mali. Ils ont organisé, ce vendredi 5 août, un meeting populaire au Palais de la culture.

Dans la salle Bazoumana Sissoko, les deux principaux leaders du mouvement ont pris la parole à tour de rôle. D’abord, pour dénoncer la présence de la MINUSMA au Mali, une force inefficace, selon eux. Puis, chacun à sa façon, a galvanisé la foule en évoquant les besoins persistants de justice pendant cette transition, et surtout de la cherté qui frappe durement le panier de la ménagère.

« Les coupures de tête deviennent une institution à FANA », dénonce Siriki Kouyaté, porte-parole du mouvement Yèrèwolo. A Diéma, poursuit-il, ce sont des dizaines de personnes qui sont empêchés de cultiver leur terre « acheter par un intouchable ». « Comment est-ce possible dans notre pays ? Où sont les juges et les procureurs ? », s’interroge Siriki Kouyaté dans un tonnerre d’applaudissements. Les causes de la vie chère sont identifiées, selon Siriki Kouyaté, le gouvernement doit prendre ses responsabilités pour soulager les populations.

« Ce meeting est un avertissement à la MINUSMA. Elle doit plier bagages avant le 22 septembre », lance Adama Ben Diarra, premier responsable du Mouvement Yèrèwolo. « Il y a un temps pour parler et un temps pour agir. Aujourd’hui, c’est le temps de l’action », a indiqué le nationaliste Adama Diarra. Qui dit « répéter une dernière fois » : « la MINUSMA doit quitter le Mali avant le 22 septembre 2022 ».

Mamadou TOGOLA

Source : maliweb.net

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %