La Direction de l’information et des relations publiques des armées (Dirpa) tiendra désormais un point presse mensuel dans ses locaux afin d’informer les hommes de médias sur les opérations menées par les Forces armées maliennes sur le terrain. Ces rencontres périodiques avec la presse visent, explique la DIRPA, de contrer les attaques médiatiques à répétition contre nos troupes.

L’annonce a été faite vendredi par le directeur, le colonel Souleymane Dembélé, au cours d’un point de presse qu’il a animé dans les locaux de la structure. C’était en présence du directeur du Service social des armées (DSSA), le colonel Mohamed Fofana, du chef du Centre opérationnel inter-armées (COIA), le colonel Issa Bagayogo et bien d’autres responsables militaires. La rencontre a été l’occasion pour le patron de la Dirpa de prendre contact avec les journalistes, en vue de resserrer les liens de collaboration.

Le colonel Souleymane Dembélé a saisi l’occasion pour évoquer les résultats des opérations menées par les FAMa ces derniers mois. Ainsi, il a révélé que l’Armée malienne et ses partenaires ont neutralisé 245 terroristes et en ont interpellé 196 du 24 décembre 2020 au 30 juin 2021. Aussi, des armes, des véhicules et des équipements militaires ont été récupérés. Ces résultats sont, a-t-il indiqué, le fruit de la réorganisation dynamique des FAMa qui consiste à aller chercher les Groupes armés terroristes (GAT) jusque dans leurs repaires.

Le colonel Souleymane Dembélé a précisé aussi qu’à travers ce point de presse, la Dirpa s’inscrit dans une posture proactive afin d’établir un lien avec les hommes de médias, estimant que le pays en a besoin à cause de la crise. Depuis un certain temps, en termes d’informations «ça va dans tous les sens, alors qu’aujourd’hui, tout ce qui concerne les FAMa, il y a lieu d’être plus pointu, de travailler dans une certaine transparence pour ne pas tomber dans la désinformation », a-t-il préconisé.

Depuis 2012, le Mali est secoué par une crise sécuritaire sans précédent dans laquelle les FAMa se trouvent, en constituent la pierre angulaire et mènent des opérations d’abord contre les irrédentistes touareg, puis contre les groupes armés terroristes.

«Au-delà de la guerre non conventionnelle à laquelle elles sont confrontées, les FAMa se trouvent dans le prisme d’une communication tous azimuts, dont les déterminants sont dans les nouveaux médias », poursuivra le colonel Dembélé, rappelant qu’aujourd’hui la communication devient une nécessité, afin d’informer, de sensibiliser, mais aussi de se donner les moyens d’entrer en contact avec sa population cible. Pour lui, dans un contexte où le monde est devenu un village planétaire et où les informations se relayent à la vitesse de l’éclair grâce aux nouveaux médias, il est important de se mettre au diapason de l’évolution de l’environnement médiatique.

«La recrudescence des agressions et attaques terroristes contre les FAMa, soutenues par des campagnes de désinformation et d’intox, visant à faire peur aux populations, saper le moral des troupes devient virale», a-t-il dénoncé. Comment contrer ces attaques à répétition contre les forces maliennes, occuper sa place dans ce foisonnement d’informations, d’intox et transformer toutes les actions de l’armée en victoires éclatantes ? Voilà autant de questionnements qui trouveront leurs réponses dans une stratégie de communication proactive, dynamique mais surtout permanente et de proximité.

Aboubacar TRAORÉ

Copyright EchosMédias © 2008 – 2021. Tous droits réservés

Source: Essor

Laisser un commentaire