La ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Mme Coulibaly Founé Wadidjé a présidé les festivités de la commémoration de l’édition 2021 de la Journée Panafricaine des Femmes.

C’était samedi dernier, au CICB en présence de la Vice-présidente de l’Organisation Panafricaine des Femmes/Afrique de l’Ouest, Mme Diallo Kama Sakiliba ; ainsi que de plusieurs partenaires.

Le Mali à l’instar des autres pays de l’Afrique a célébré la commémoration de la journée du 31 juillet ‘’Journée Panafricaine des Femmes ‘’, symbolisant la noble lutte des femmes africaine pour leur émancipation, malgré les multiples crises sanitaire et sécuritaire que traverse notre pays.

Deux thèmes ont été retenus, au cours de cette journée. Au plan régional : « Inclusion financière des femmes : défis et opportunités », en lien au thème national : « Femmes et filières porteuses soutenues par la diaspora ».Selon la ministre Wadidié Founè Coulibaly, le choix des thèmes n’est pas fortuit.

Puissent qu’ils visent à amplifier l’information, la sensibilisation et le plaidoyer autour de la décennie de l’inclusion et économique financière des femmes, 2020-2030 et de la promotion des filières porteuses soutenues par la diaspora. Un hommage à l’importante contribution de la diaspora dans l’économie malienne.

Ainsi, ces thèmes sont en cohérence avec l’ODD 5 de l’agenda 2063 de l’Union africaine (UA), en rapport avec le cadre stratégique pour la relance économique et de développement durable, la politique nationale genre, les programmes et outils l’autonomisation de la femme et l’épanouissement de l’enfant.

Selon Frédéric Ponsot, « consultant en Finance inclusive pour le FIDA, les transferts de fonds envoyés par celle-ci, constituent une richesse indéniable pour le développement du Mali », a-t-elle laissé entendre, évoquant l’apport de la diaspora dans l’économie nationale.

À titre d’exemple, les chiffres s’élèvent à plus d’un milliard de dollars US, soit plus de 7% du PIB, en 2017. Ainsi, elle a profité pour saluer les efforts des femmes qui sont visibles aujourd’hui dans plusieurs secteurs sur lesquels reposent essentiellement l’économie du pays.

Elle a rendu un vibrant hommage à l’importante contribution de la diaspora dans l’économie malienne, avant d’inviter ses sœurs à faire front commun pour relever les défis de l’autonomisation de la femme et de l’émergence du pays.

La Vice-présidente de l’Organisation panafricaine des femmes (OPF), Diallo Kama Sakiliba, après bref rappel historique de cette date, dira que ce thème vise à contribuer à la vulgarisation et à la mise en œuvre de la « Décennie de l’inclusion financière et économique des femmes, 2020-2030 ».

À l’en croire, cette nouvelle décennie des femmes africaines, vise à faire progresser leur situation financière et économique sur le continent ; à réaliser le potentiel de développement des entreprises féminines, à travers des actions permettant de développer leurs capacités ; à renforcer leur capital humain et physique ; à les aider à accéder à la technologie et pouvoir l’utiliser en vue d’augmenter la productivité de leurs entreprises.

Ensuite, elle a attiré l’attention de nos gouvernements, que pour assurer l’inclusion financière et économique des femmes, ils doivent entre autres : développer des initiatives qui rendent les services financiers formels, notamment celles des zones rurales ; faire de la femme, le levier de l’opérationnalisation de la zone de libre échange continentale africaine (ZLECAF) ; mettre en œuvre le programme de l’UA sur la mécanisation de l’agriculture ; et de mettre en place de véritables politiques foncières plus inclusives et durables.

Les temps forts de cette commémoration ont été marqués par la remise de trophée au Président de la Transition et un défilé de la communauté africaine présente au Mali.

Aïssétou Cissé

ÉchosMédias

Laisser un commentaire