Vendredi, le président de la Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, et le président du Ghana, Nana Akufo-Addo, ont effectué une visite d’une journée en Guinée pour demander au chef du coup d’Etat, Mamady Doumbouya, commandant des forces spéciales et ancien légionnaire français, la libération de Condé.

Cette visite fait suite à un sommet extraordinaire de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO, 15 pays) jeudi à Accra, la capitale du Ghana, qui assure la présidence tournante de l’organisation.

Ouattara et Akufo-Addo, qui représentaient la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), composée de 15 membres, ont tenu une réunion séparée avec Alpha Condé au palais Mohamed VI de Conakry, mais ont quitté le pays vendredi soir, les mains vides.

À lire aussi :   « Je préfère être tué », Alpha Condé à propos de la signature de sa démission

Selon les informations, Ouattara avait espéré quitter la Guinée avec Condé mais, son homologue va décliner l’offre.  L’ex Président a décliné l’offre de quitter son pays en compagnie de Nana Akufo Addo (Ghana) et Alassane Ouattara (Côte d’Ivoire) venus en visite à Conakry. Il rêve de regagner son domicile privé, persuadé qu’il est toujours “populaire”.

Pour rappel, les événements en Guinée ont fait suite aux coups d’État au Mali et au Tchad au début de l’année. Cependant, la CEDEAO a exigé le retour à l’ordre constitutionnel depuis que l’unité des forces spéciales a pris le contrôle du palais présidentiel, arrêté Condé et s’est autoproclamée responsable.

À lire aussi :   Laurent Gbagbo a quitté la Côte d’Ivoire pour un autre pays africain

Laisser un commentaire