0 0
Read Time:3 Minute, 5 Second

Kiev multiplie les appels du pied au continent africain, divisé sur l’attitude à adopter face au conflit russo-ukrainien. Volodymyr Zelensky tente de convaincre ses homologues africains de condamner l’agression de son pays par Moscou.

Par le biais de ses ambassades présentes localement, le président Volodymyr Zelensky a appelé les Africains à rejoindre sa Légion internationale pour la défense territoriale de l’Ukraine jouant avec le sentiment antirusse perceptible dans certains pays.

Pas du goût de l’Algérie, du Sénégal, du Nigéria ou de l’Afrique du Sud qui ont appelé «leurs ressortissants à reconsidérer très rapidement leur décision de partir combattre sur le sol d’un pays étranger».

En mars dernier, une large majorité de pays africains a adopté une résolution à l’Assemblée générale de l’ONU qui exige que la Russie cesse immédiatement de recourir à la force contre l’Ukraine.

Malgré tous les efforts du dirigeant ukrainien, une vingtaine de pays africains se sont abstenus de voter contre la Russie ou ne se sont simplement pas montrés lors de cette réunion, signe flagrant des divisions importantes qui règnent sur ce continent partagé entre un soutien direct ou non à l’Ukraine. Parmi eux, le Sénégal, dont le président Macky Sall est également à la tête de l’Union africaine (UA).

Bien que ce dernier ait eu un entretien cordial avec l’ancien comédien mué en chef de guerre par les circonstances, c’est aussi l’attitude des diplomates ukrainiens qui agacent fortement certains pays africains.

Rejoint conjointement par l’Algérie, l’Afrique du Sud, le Kenya et le Nigéria, le Sénégal a vertement critiqué les efforts mis en place par les diplomates ukrainiens répartis sur tout le continent, venus convaincre les Africains de rejoindre la Légion internationale pour la défense territoriale de l’Ukraine, créée aux premiers jours du conflit en février dernier.

Selon divers analystes cités par la Deutsche Welle, «de nombreux jeunes Africains pourraient être tentés de se rendre en Ukraine en tant que combattants engagés afin d’échapper à la pauvreté», loin de toute
Selon Ryan Cummings, directeur de Signal Risk, un cabinet de conseil en gestion des risques de sécurité basé en Afrique du Sud, Zelensky essaye de capitaliser sur les conditions socio-économiques que traverse l’Afrique depuis la crise du Covid-19 afin d’attirer des combattants africains en Ukraine.

Un discours qui semble faire mouche dans certaines couches de la société africaine. «Si l’Ukraine décide de me payer une très bonne somme d’argent, que je sais que je ne peux pas gagner ici, j’irai certainement là-bas et je me battrai» a déclaré au micro de ce quotidien allemand Kimanzi Nashon, un étudiant, persuadé qu’il va revenir au Kenya comme «un millionnaire». Un discours approuvé par Béatrice Kaluki : «Si une opportunité se présentait pour moi de combattre en Ukraine en tant que mercenaire, je mets mes talons et je file là-bas. Je préférerais mourir en première ligne en Ukraine en sachant que ma famille serait indemnisée même après ma mort, plutôt que de mourir au Kenya d’une dépression causée par un chômage insensé» explique cette chômeuse de 27 ans. Pour Ryan Cummings, la perspective d’obtenir la nationalité ukrainienne afin de vivre le rêve occidental est une autre raison qui pousse les jeunes Africains dans ce conflit.

Préoccupé par ce phénomène, le ministère nigérian des Affaires étrangères a lancé un avertissement à ses concitoyens sur les réseaux sociaux, affirmant qu’il ne tolérerait aucun recrutement de mercenaires dont l’objectif serait de partir combattre aux côtés des forces ukrainiennes contre les troupes russes.

Source : RT France : https://francais.rt.com/opinions/98329-defense-ukraine-pas-business-repond-afrique

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %