Le Ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation a initié un projet relatif au découpage territorial.Ce fameu découpage fait du bruit sur la toile, dans les régions, ainsi que dans les familles. Pour ce projet, il existe deux camps : le POUR et le CONTRE.

Le gouvernement soutien ce projet, et la population dans sa grande majorité est contre. Même les enfants de la République constamment chéris (CMA) se trouvent opposés à ce projet. Avec ce découpage, le Ministère de l’Administration divise les ethnies en opposant les familles les unes contre les autres.

À Bamako, les familles fondatrices s’entredéchirent. Celles de la commune 1 ( Sikoroni ) s’opposent à l’idée du découpage territorial de vouloir les unir à celles de la commune 2 ( Niaré et Touré). Les mêmes familles se voient comme des ennemis, et arrivent à un point où elles ne s’adressent plus la parole !

Dans le centre, le projet de découpage est rejetté en bloc car les intéressés trouvent qu’ils n’ont pas été associés et que le projet semble plus diviser qu’unifier.

Les régions de Gao et de Tombouctou, à l’unanimité, ont rejeté ce projet car elles considèrent qu’il est fait sur la base d’une injustice, et estiment donc qu’elles ne peuvent cautionner ce soi-disant découpage.

À Kidal, la CMA qui devrait normalement applaudir se trouve dans tous ses états, considérant qu’elle aussi n’a pas été associée par le gouvernement.Bref, le projet est rejeté par les populations, il est alors préférable qu’il soit retiré par le ministre, à défaut de cela, qu’il fasse en sorte que toutes les populations concernées soient consultées.

S’il s’entête à vouloir exécuter le projet, il risque d’écourter la vie de la transition, car les populations sont plus que jamais prêtes à contester.

En concrétisant ce projet, l’appareil de l’Etat sera encore très militarisé. Les préfets des arrondissements et des cercles, et les gouverneurs des régions seront probablement des militaires en fonction. Ce sera une stratégie pour les militaires de maîtriser pendant longtemps l’administration malienne.

Ce projet crée également plus de circonscriptions électorales au profit de la CMA, l’accord d’Alger est donc en train d’être mis en œuvre. Un autre schéma se dessine peu à peu, les contestataires de ce projet tenteront peut-être de rejoindre le M5 pour combattre le gouvernement de la transition.

Il faut aussi noter que certains s’apprêtent à sortir contre le problème énergétique et le calendrier électoral. Le gouvernement se verra tout seul face à ce beau monde.

Les problèmes sont nombreux pour pouvoir en rajouter.

En tout cas, le peuple est prêt à faire face au Ministre de l’Administration Territoriale qui, d’habitude consulte, et fait comme bon lui semble par la suite. Le Ministre a placé une bombe et le gouvernement détient le déclencheur.

ABDOUL AZIZ O DIALLO

Laisser un commentaire