C’est la principale angoisse qui trouble le sommeil du Collectif des habitants de Sotuba. L’information a été donnée lors d’une conférence de presse tenue ce jeudi 29 juillet 2021 à Sotuba. Les habitants de Sotuba, sont confrontés à une véritable malversation foncière perpétrée par Oumarou Togo le Maire de la Commune I du district. Il est l’auteur d’une tentative de magouille à abroger la décision d’attribution d’un espace plus de 5 hectares construit et habité légalement par les propriétaires depuis 10 ans.

Cela dans l’intérêt d’attribuer ces parcelles au profit de la nommée Niamankolo Coulibaly pour droit coutumier.

Aux dires de Mamadou Diarra, membres du Collectif des Habitants de Sotuba, le Maire actuelle de la Commune I du district Oumarou Togo a usé de faut et usage faux pour prendre un arrêté N°2021-0022/MCI-DB-SG, portant annulation de décisions d’attributions de parcelles sur TF 7480 CI. Cela suivant l’arrêt n°425 du 31/12/2018 des sections réunies de la Cour suprême. D’après l’habitant, le lieu concerné est situé à l’ouest du Laboratoire central vétérinaire. A l’en croire, la zone compte plus de 200 parcelles déjà occupées et par l’autorisation de la Mairie de la Commune I.Cependant, toutes les preuves à la disposition du Collectif confirment que ce lieu que le Maire tente d’usurper, est un titre foncier de l’Etat immatriculé en juin 1915. Et d’affirmer que l’attribution de ce lieu aux habitants a été autorisée légalement par la même Mairie de le commune I. Cela en possession de leurs permis d’occupation effectué par ladite Mairie. Avant d’ajouter qu’ils vivent dans leurs habitats depuis plus de 10 ans. De surcroit, Souaibou Dembélé, victime a affirmé que le chef du quartier de Sotuba a témoigné qu’il n’a jamais connu la nommée Niamankolo Coulibaly dans cette zone. Les habitants du quartier, ayant été surpris de la décision l’annulation de l’attribution de leurs parcelles n’ont pas hésité à rencontrer ledit Maire sur cette affaire montée de toutes pièces. De ce fait, incompétent de garantir la sécurité de sa population, le Maire a fait bloc avec la provocatrice Niamankolo Coulibaly pour expulser la population de leurs maisons. « Au début le maire nous a donné sa parole de trouver une solution, mais a travers cette décision nous avons su que c’était pour nous assommer puis détourner nos parcelles » a témoigné Aminata Touré habitante de Sotuba. Ainsi tout porte à croire que le Maire en plus d’être à l’envers de son devoir de garantir la sécurité de sa population, a abusé de la confiance de sa population. Une autre preuve citée par les habitants contre ce Maire de la Commune I est l’annulation de la décision du Maire Central du district, sa hiérarchie concernant l’attribution du lieu à ses véritables habitants. Un acte palpable d’abus et d’usurpation de pouvoir. Les habitants de Sotuba interpellent les plus hautes autorités sur la situation, afin de les permettre de vivre dans leurs maisons qui leurs vient de droit. Cela au risque de ne pas créer une tension sociale dans le quartier. Par conséquent le Collectif des habitants de Sotuba ont lancé un cri de cœur aux autorités, en occurrence le Président de la Transition Assimi Goita d’agir face à cette perversité du Maire de la Commune I.Saisi par la présumée Niamankolo Coulibaly pour autoriser le déguerpissement des habitants du lieu, le Ministère des Domaines et de l’Habitat a vu clair dans le dossier et ne s’est pas laisser faire « la reconnaissance d’un droit foncier coutumier sur un titre foncier régulièrement crée est en porte à faux avec les dispositions des articles 170 et 171 de l’ordonnance N°0027 PR du MARS 2000 modifié portant code domaniale et foncier » a précisé le ministre des domaines dans un écrit. De ce fait il s’est abstenu de mettre à exécution un jugement en violation avec la législation domaniale. Partant de ce constat le Maire de la Commune I se croit t-il au déçu de la législation ?

M. Touré

ÉchosMédias

Laisser un commentaire