Le parcours atypique d’un candidat presque parfaitS’il faut dresser un portrait-robot sans complaisance du candidat idéal parmi tous les prétendants déclarés ou non à la course pour Koulouba en 2022, plusieurs observateurs semblent s’accorder sur un visage qui n’a jamais brulé les étapes de la vie.

Housseini Amion GUINDO puis que c’est de lui qu’il s’agit, incarnerait pour beaucoup, l’espoir de la renaissance de notre pays dans un tournant générationnel nécessaire et bien accompli.

Pour eux, son parcours atypique, sa connaissance parfaite du pays, ses convictions fortes, son intégrité et ses expériences avérées dans la gestion publique sont des atouts indispensables pour le succès du futur président de la République.

En ses temps particulièrement sombres pour notre pays, le profil du président Housseini Amion GUINDO semble être de nature à rassurer nos compatriotes.

À la tête d’un parti issu de la 3ème génération, il apparait aux yeux de l’opinion nationale comme un homme capable de fédérer les tendances. De quoi s’agit-il ?

Une enfance ordinaireComme bon nombre de maliens, Housseini Amion GUINDO est né à Badiangara, dans le Mali profond, d’un père chef de canton et d’une mère fille de chef de canton. Elevé entre Bamba (son village d’origine dans le cercle de Koro) et Bandiagara, la ville fondée par Nangabanou TEMBELY, il a vécu les affres de la dure réalité du monde rural dans un pays pauvre malgré la situation de son père. Ayant cultivé, pêché et aussi marché des km par jour pour les besoins de l’école, il est un acteur des conditions de vie exécrables dans le pays profond.

Avocat attitré autoproclamé du Mali rural sans eau potable, ni centre de santé et encore moins électricité, Housseini Amion GUINDO pense que l’époque des vacanciers sans encrage social est révolue à jamais.Imbibé de la sacralité de nos valeurs sociétales, il en a toujours fait la boussole de son quotidien dans la gestion publique et sur la scène politique.

‘’ Le Mali doit revenir à ceux qui le connaissent et qui peuvent avoir pitié de la souffrance du peuple. Celui qui n’a jamais eu de mal de dent ne peut jamais imaginer la souffrance de celui qui a mal à la dent ’’ entonne à longueur de journée un Poulo qui croit dur comme fer que son heure est enfin arrivée.

Un caractère politique forgé par le vécuMarqué par son enfance difficile en milieu rural ordinaire de notre pays, Poulo, une fois libéré des contraintes du pays dogon pour des raisons d’études, s’est vite assigné comme mission d’inverser cette triste réalité qui a bouffé tant d’âmes innocentes et étouffé beaucoup d’espoir sous ses yeux. C’est en revanchard contre la précarité, les inégalités et les injustices que le ‘’rebelle’’ Poulo débarque à Sikasso.

Malgré la hantise de son passé, il parvient à boucler son cursus dans la capitale du Kénédougou. Altruiste par le sang, le lait et son éducation, il a pris le temps de devenir l’ami de tout le monde lors de son séjour sikassois qui ne devait être qu’une étape dans sa vie de jeune dogon en expédition scolaire chez son frère fonctionnaire.

Après son bac, non sans regret, Poulo se résout à quitter son Kénédougou adoptif pour poursuivre ses études supérieures à Bamako. Une fois son diplôme de professeur d’histoire et géographie en poche à l’ENSUP, il choisit par certains truchements encore Sikasso pour exercer le métier d’enseignant.A peine deux ans de craie au Lycée Monseigneur Didier De Montclos de Sikasso, il découvre des inégalités qui le rappelle son enfance et qui défavorisent les enfants de pauvres. Pour mettre fin au renvoi fréquent de ces derniers pour des raisons le plus souvent extra scolaires, Poulo opta très tôt pour le privé sans aucune certitude à l’époque.

Promoteur du premier lycée privé de Sikasso, il en fera une véritable entreprise sociale au service des démunis de la région, du pays et de la sous-région. Plus de 3.000 cas sociaux malgré le poids des charges, il fallait le faire en son temps sans contrepartie.

Aussi, son intrusion dans le milieu sportif rien que pour faire plaisir à la jeunesse dont il était devenu le chouchou à Sikasso, a contribué à forger sa réputation de mécène disponible pour tout le monde.

Ses résultats inattendus dans ce domaine ont révélé un homme désintéressé, engagé, convaincu de ce qu’il fait, mais aussi chanceux comme tous les grands.Le destin politique inévitable.

Sans aucune prédestination politique, il fait partie des rares à être contraints de rentrer dans l’arène des loups.

Pour le vieux Gouro Sanogo (paix à son âme) et la jeunesse de Sikasso, il s’agissait tout simplement de permettre à un cœur exceptionnel et désintéressé de poursuivre ses œuvres dans une autre sphère. Le décès d’une honorable élue à Sikasso en 2005 était pour eux l’opportunité rêvée de faire émerger ce jeune qui n’avait jusque-là rien demandé.Compte tenu de plusieurs facteurs liés à l’homme, le coup d’essai fut le coup de maitre. Face à plusieurs mastodontes politiques de l’époque, il rafla cette élection partielle. De fil en aiguille, Poulo a enfin l’opportunité de réaliser son rêve d’enfance, à savoir, s’ériger en rempart contre la précarité, l’inégalité et l’injustice.

Ses visites d’imprégnation dans l’ensemble des communes du cercle de Sikasso en dit long sur son engagement sans faille à sa volonté à ne pas se laisser conter les choses.Après un second mandant à l’assemblée et la création du Parti Convergence pour le Développement du Mali qui a la particularité d’être l’émanation de plusieurs association de développement à la base, il se porta candidat à la présidentielle de 2013. Sa 5ème place et son soutien au candidat élu au 2ème tour lui ont valu le poste de Ministre des Sports.

De ce ministère dont il garde encore le record de longévité, il posa ses valises à l’Education Nationale. Après quatre (4) mois d’exercice bien chargés, il démissionne pour se porter candidat à la présidentielle de 2018 en compétition avec le président sortant. Sans aucun meeting, il se classa encore 5ème sur la vingtaine de candidat.

À la suite de la prorogation du mandat des députés qu’il juge anticonstitutionnelle, Poulo initia la Coalition des Forces Patriotiques (COFOP). Suite aux évènements du 5 avril dont il était un acteur clé, un dialogue s’ouvre avec le régime. Il aboutira à la signature d’un accord politique sur la base duquel Poulo accepta de réintégrer le gouvernement en qualité de Ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement Durable.

À tous les niveaux, ses résultats sont cités en exemple; les nombreux trophées et la loi sur le sport sont parlants. A l’éducation, le fameux dossier des cantines, élèves et enseignants fictifs avec des milliards de bénéfice pour le trésor public sont là.

Que dire du ministère de l’Environnement ou il a brillé par sa lutte contre les dragues et aussi par son décret interdisant l’exploitation du bois d’œuvre, dans le seul but de protéger le peu qui reste de nos forêts.

Travailleur de l’ombre, il est également l’homme des grands dossiers. L’on se rappelle encore son séjour dans le pays dogon pour concilier la population et la Minusma.

L’HEURE DE LA CONSÉCRATION

Après ses années de durs apprentissages à l’Assemblée Nationale et au gouvernement, le président Housseini Amion GUINDO qui pense avoir assez appris, estime que son heure est enfin arrivée. Comme lui, des centaines de milliers de nos compatriotes pensent la même chose. Depuis, plusieurs partis politiques, associations, ONG et personnalités publiques se sont donnés la main au sein de la plateforme Jigiya Kura pour concrétiser ce rêve.

Les marchands d’illusions éternellement en embuscade sont avertis, car le blanchiment d’argent en politique peut avoir cette fois-ci des conséquences désastreuses sur ses auteurs.

Lamine DIALLO

Laisser un commentaire