0 0
Read Time:2 Minute, 46 Second

Le bureau national du Rassemblement Démocratique Africain (RDA) à sa tête le Président M. Daba Diawara a procédé à son 1er Séminaire national, un an après l’assemblée générale constitutive dudit parti. C’était ce mercredi 21 septembre 2022, au Mémorial Modibo Kéita, en présence des délégués de la coordination nationale des femmes et celle des jeunes dudit parti.

Né le 22 septembre 2021, de la volonté et la détermination des responsables et militants de l’ex-PIDS, l’ex-UMRDA, l’ex-UMP, l’ex-RMC Mali Kanu, le Rassemblement Démocratique Africain Mali (RDA-Mali) entend réussir la reconstruction de la grande famille RDA, afin de poursuivre les œuvres des pionniers de l’indépendance. À travers ce séminaire, la direction du parti a estimé nécessaire d’aller à une rencontre d’échanges de compréhension et de mise à niveau entre camarades n’ayant pas eu le même parcours pendant les 20 dernières années.

Selon son 2ème Vice-président M. Nouhoum Sidibé, non moins Président de la Commission d’Organisation l’objectif visé est l’élaboration d’un document stratégique qui définit la ligne politique et idéologique du parti et, fixé ses positions sur les grandes questions nationales par rapport aux enjeux des échéances électorales de la fin de la transition.

Trois panels seront débattus durant ces deux jours de séminaire, à savoir : «le parti ; les élections et les reformes politiques et institutionnelles
Pour sa part le Président Daba Diawara, au cours de son discours d’ouverture a rappelé à ses camarades que l’entreprise n’a pas été des plus faciles : qu’il lui reste quelques difficultés et incompréhensions à surmonter pour que le RDA-Mali réunisse tous ceux qui n’ont de place qu’avec nous et point ailleurs».

A l’en croire : «l’essentiel c’est le Mali et notre ambition est de, rapidement regrouper à son chevet, tous ceux qui croient que Modibo et ses compagnons ont profondément aimé ce pays, et sont tombés en cherchant à lui ouvrir les portes de l’avenir».

Poursuivant son intervention, il ordonna : «faisons patiemment leur comprendre que ce flambeau est trop lourd pour leurs seules mains et que c’est ensemble que nous réussirons à le tenir haut. Peu importe qu’ils se croient plus aptes que nous à le porter à cause de ce que de grands militants de l’USRDA, courageux et dévoués, mais qui n’ont jamais été des responsables de premier plan du RDA du temps Modibo, comme on le dit, leur ont fait croire.

Le RDA-Mali que nous voulons bâtir, c’est celui qui reconnait comme siens, Jean Marie KONÉ et Amadou Seydou TRAORÉ, Mamadou Madeira KEÏTA et Drissa DIARRA, Hamaciré N’DOURÉ et Gabou DIAWARA, Baréma BOCOUM et Attaher MAÏGA, Mamadou TALLA et Tiéoulé KONATÉ ; Seydou BADIAN et Tidiane Faganda TRAORÉ, Mamadou DIARRAH et Abdoulaye SINGARÉ, Haoua KEÏTA et Bengoro COULIBALY, El hadj Dossolo TRAORÉ et Oumar Sory LY et j’en passe».

Notons que, la Constitution du 25 février 1992 institue le multipartisme en tant qu’il dispose, en son article 28 que : «les partis concourent à l’expression du suffrage. Ils se forment et exercent librement leurs activités dans les conditions déterminées par la loi. Ils doivent respecter les principes de la souveraineté nationale, de la démocratie, de l’intégrité du territoire, de l’unité nationale et de la laïcité de l’État».

Aissetou Cissé

ÉchosMédias

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %