0 0
Read Time:3 Minute, 17 Second

La directrice nationale de l’Energie, Mme Théra Aminata Diarra a présidé la cérémonie de signature de convention de partenariat ANADEB-IPR/IFRA. C’était mercredi 19 mai 2022, en présence du directeur de l’ANADEB, M. Abdoulaye Kaya ainsi que celui de l’IPR/IFRA, Dr Ing Lassana Soumana.

L’ANADEB est un établissement public à caractère administratif (EPA) doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière avec pour mission de promouvoir les biocarburants au Mali.

Elle a pour vision de contribuer au bien-être social et de développer une économie circulaire (en l’occurrence en milieu rural à travers la bioénergie dans la perspective du développement durable au Mali.

En effet, elle élabore des stratégies et politiques propices à la conception et à l’utilisation des technologies à bioénergie.

Au cours de son intervention, le directeur général de l’ANADEB Abdoulaye Kaya a indiqué qu’à travers cette convention de partenariat avec l’IPR/IFRA de Katibougou, les deux structures vont mutualiser leurs efforts dans le cadre de la recherche variétale notamment la production de matériel végétale notamment la production de matériel végétal/vitro-plants sain et à haut rendement de cultures énergétiques au Mali (canne à sucre, sorgho sucré, manioc, jatropha curcas, etc pour assurer une disponibilité de matières premières de bioénergétiques.
Ainsi, ce partenariat permettra à l’ANADEB de disposer de variétés performantes pour accroitre la production locale d’énergie.

Aussi, ils conviennent de développer un partenariat durable et de mettre à profit les potentialités humaines, matérielles et documentaires sur les différentes activités de recherche et de production de matériel végétal.
Pour sa part, le directeur général de l’IPR/IFRA Dr Ing.

Lassine Soumano a rappelé les missions de sont institut, seul établissement agricole d’enseignement supérieur, qui sont entre autres : «la formation universitaire, doctorale et continue ; l’information et la formation des communautés rurales ; la recherche scientifique et technologique ; le développement et la diffusion de connaissances et de savoir-faire ; la réalisation d’expertises et d’activités de production».

Selon lui, l’IPR/IFRA est un partenaire extrêmement précieux, qui partage dans l’optique de modeler la société du savoir à : «contribuer à l’acquisition du savoir, promouvoir la recherche, créer et partager de nouvelles connaissances et éduquer les nouvelles générations».

Il a souligné que cette coopération scientifique entre les deux structures avec comme objet matériel végétal/vitro-plants au service de la production de l’agro carburant (biocarburant), est non seulement un tremplin de développement durable pour notre pays, mais aussi un témoignage éclatant et concret de partenariat IES-Agence.

Il dira que l’IPR/IFRA dispose de plusieurs laboratoires : (le Laboratoire d’Agro-physio-génétique, de Biotechnologies végétales, etc.) permettant de développer différentes technologies y compris celles relatives aux Bioénergies transférables en milieu paysan.

Pour lui le plan d’action pour la mise en œuvre de cette collaboration galvanisera les efforts de coopération et favorisera l’action dans ce domaine.

«Inutile de dire que notre pays doit prendre d’urgence des mesures au niveau national pour veiller à ce qu’aient les questions complexes sur les énergies alternatives mobilisent la communauté scientifique et les milieux de l’enseignement supérieur, qu’ils soient sensibilisés aux divers défis auxquels il faudra faire face», a-t-il évoqué.

La directrice nationale de l’Energie, Mme Théra Aminata Diarra a précisé que cette collaboration entre les deux structures existe depuis la création de l’ANADEB, mais non formalisée.
Elle a remercié le DG Abdoulaye Kaya pour cette initiative, qui permettra à développer le futur énergétique et aussi contribuera à la satisfaction du besoin énergétique.

Selon elle, cette convention de l’ANADEB avec l’IPR/IFRA va augmenter la productivité de la matière première et, il y aura beaucoup de biodiesel et de bioéthanol, qui vont beaucoup booster le développement du secteur.

Ce projet de développement de biocarburant vise à réduire considérablement le coût du biocarburant et permettra aussi la réduction de la pauvreté par la création d’emploi.

Kadi DIALLO

ÉchosMédias

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %