Poser les bases d’un Mali nouveau, c’est l’ambition des nouveaux dirigeants du pays. Pour relever ce défi immense, il faut cependant des hommes à la place qu’il faut. Mais le choix porté sur certains hommes qui composent le gouvernement Moctar Ouane à cet effet, laisse à désirer. Le Ministre des Transports et des Infrastructures ne fait pas exception à cette règle. Avec lui, le doute pèse fort sinon très fort sur la réussite de la transition en cours au Mali.

Secrétaire général du Ministère des Transports et des Infrastructures pendant plusieurs années, Makan Fily Dabo est nommé par coïncidence ou par erreur chef de ce département. Chose qui semble être la première grosse erreur commise par les autorités de la transition en faisant le choix des hommes appelés à aider le pays à sortir de l’ornière et de poser les bases d’un Mali nouveau. Sensé être sur un terrain connu pour avoir y passé pas mal de temps comme cadre de l’un des départements les plus stratégiques du pays, Makan Fily DABO apparait comme le Ministre le plus nul de l’équipe gouvernementale dirigée par Moctar Ouane.

Alors que beaucoup est attendu de lui, le Ministre Makan Fily Dabo ou le croque mort du gouvernement de la transition semble déjà montré ses limites. Cela s’explique par la lenteur dans l’exécution de certains travaux routiers dont il maitrise parfaitement le dossier. Il s’agit singulièrement de la route Banconi-Dialakorodji-Safo-Nonssombougou dont les travaux de construction ont été lancés le mercredi 3 mai 2017 par M. Ibrahim Boubacar Keita, alors président de la République. Et depuis, les travaux bougent à pas de tortue, suscitant la colère des populations riveraines qui manifestent leurs ras-le-bol à travers des manifestation en barricadant les routes. Pas plus tard   que le mardi 29 mars dernier, la jeunesse de Dialakorodji pour la énième fois, a coupé ledit tronçon à cause de la lenteur des travaux face à laquelle elle perd patience alors que le Ministre Makan Fily Dabo, à chaque passage donne assurance. L’administration étant une continuité, le chef du département des transports et des infrastructures devrait tout mettre en œuvre pour finaliser les travaux de cette route le plus vite possible quand on sait que lui-même a pris part à tout l’élaboration de ce dossier. Mais que des promesses non tenues par le ministre Makan Fily Dabo à chaque passage pour redonner espoir à ces populations riveraines. En effet, les travaux de réalisation de cette route qui trainent pendant quatre ans, met en exergue l’incompétence avérée de Makan Fily Dabo qui n’a pas sa place dans le gouvernement de la transition en ce sens que les défis à relever sont énormes.

A cette problématique, est venue s’ajouté la grève des syndicats des transporteurs routiers qui a fait perdre plusieurs milliards à l’Etat. La carence du ministre Makan Fily Dabo est passée par là. Même si la nouvelle mesure relative au droit de péage par passage fait l’objet de négociations, il faut vite trouver une solution avant que la situation ne prenne une autre tournure qui n’arrange pas le pays. Tout compte fait, Mkan Fily Dabo ne devrait pas manquer de stratégies pour amener les transporteurs sur un terrain d’entente d’autant plus qu’ils connaissent et avoir fait beaucoup de choses ensemble. Mais au lieu de passer la diplomatie, le Ministre a voulu dicter sa loi en essayant d’appliquer de gré ou de force de la nouvelle mesure de l’UEMO, ce, sans avoir le reflexe que le pays traverse une période difficile ou l’application de certaine décision pourrait être source de tension. Face à cette situation, le Ministre Makan Fily Dabo se trouve sur chaise éjectable. Son cas doit attirer l’attention du président qui doit le limoger avant qu’il ne soit une épine dans les pieds de la transition.

Mamadou COULIBALY

EchosMédias

Laisser un commentaire